Togo, puérile agitation autour de la rencontre Faure Gnassingbé et jean pierre Fabre.

5 03 2014

Une délégation de l’opposition conduite par Jean Pierre Fabre, président de l’Alliance Nationale pour le Changement (ANC) a rencontré Faure Gnassingbé le Chef de l’Etat togolais. Cette rencontre fait suite à une lettre de demande d’audience introduite par le numéro un de l’opposition pour évoquer de vive voix avec le numéro un togolais, l’éternelle question des reformes constitutionnelles et institutionnelles conformément à l’Accord Politique Global (APG) du 20 août 2006.  Pour rappel, le régime togolais a toujours usé de subterfuges pour refuser d’opérer ses réformes gages d’une possible alternance et un coup de canif dans le rêve de jouir d’un pouvoir illimité que chérit le fils d’Eyadema.

Fait curieux, depuis l’annonce de cette rencontre l’opinion togolaise est rentrée dans une transe inexpliquée et inexplicable. Quelques heures après cette rencontre la nuit est tombée sur le pays, les étoiles sont dans le ciel, Il n’y pas eu de miracle. C’est juste une rencontre, une audience, un échange d’une trentaine de minutes entre des adversaires politiques certes mais des hommes ordinaires et la vie a repris son cours normal. Rien n’a changé depuis que les portes de la Présidence de la République togolaise se sont refermées derrière Fabre et amis. Le Togo jusqu’à l’heure où nous écrivons est toujours sous coupe réglée de la famille Gnassingbé et comparses qui régentent le pays depuis presque un demi siècle. Vaine agitation donc autour d’une simple audience.

La veille de l’audience

Mardi 04 mars 2014, veille de l’audience, la présidence togolaise patauge avec beaucoup d’imprécisions et d’impréparation. Une première fois le protocole de la présidence appelle la partie invitée que l’audience est programmée sur le lendemain et monsieur Fabre avait le choix d’y aller entre 08H30  et 14H30 GMT. Une seconde fois la même audience est ramenée plutôt au jeudi dans l’après-midi. Un troisième coup de file  maintien la rencontre sur ce mercredi après-midi. La lecture est simple. Soit la présidence s’emmêle les pinceaux, soit elle use de ce jeu de jacques où es tu, pensant pouvoir déstabiliser  ses adversaires. Dans un cas comme dans l’autre, pour la présidence, première vitrine du pays, cela dénote d’un fonctionnement à l’a peu près de l’Etat togolais. C’est pourquoi l’idée première véhiculée que la rencontre serait refusée par le chef de file de l’opposition n’est que pure intoxication. Solliciter une audience pour la décliner est tout simplement du non sens. Fabre était en droit de négocier que l’audience puisse se tenir dans l’après-midi le temps de discuter avec ses pairs. Quoi qu’il en soit cette rencontre Faure-Fabre a eu lieu.

La veille de l’audience au Collectif Sauvons le Togo (CST)

Pendant que les officines du pouvoir travaillaient  à déstabiliser psychologiquement et à pousser si possible, l’opposition au refus, le CST  s’est réuni dans la soirée et a pu composer sa délégation visiblement sans grande difficulté. La paire de manche concernait la rencontre Arc En Ciel-CST, elle  devrait intervenir le mercredi matin. A l’évidence, le CST  espérait étoffer sa délégation d’au moins deux représentants de la Coalition, qui avait déjà fustigé la première démarche de Fabre, qui a envoyé une correspondance à Faure évoquant la question des réformes sans les consulter, s’était plaint entre autre, Maitre Dodji Apévon et compagnie. Faure Gnassingbé dans sa lettre réponse à Fabre, renvoie l’opposition à l’assemblée nationale pour obtenir les réformes. Une réponse de Faure à Fabre que Maitre Paul dodji Apevon a qualifié de « moquerie » précisant que l’opposition y à  prêter flanc. Un pic à l’endroit de son ami Fabre. Passons !

La rencontre CST- Arc En Ciel

Elle eu lieu au siège du PDP, un parti membre de la coalition Arc En Ciel ce mercredi matin. Des sources proches du Collectif elle s’est bien passée, du moins pour la suite de la bataille dans le but  d’obtenir les réformes avant l’échéance présidentielle de 2015. Mais quant à  s’associer au CST  pour l’audience chez Faure Gnassingbé, la Coalition Arc En Ciel est restée dans sa logique. Nous n’avons pas été associés en amont on ne saurait l’être en aval, peut-on interpréter son attitude.  Ce qui justifie l’absence des délégués de l’Arc En Ciel aux cotés de ceux du CST à la présidence ce mercredi.

L’avant audience

Selon nos recoupements, le CST avait informé les services de la présidence que des dispositions doivent être prises pour que la presse puisse couvrir cette rencontre. Un terrain d’entente fut trouvé mais arrivé sur les lieux, les « dieux de la présidence » se sont arrangés pour maintenir à distance une certaine presse. Un de nos confrères rapporte à ce propos: « ils nous ont empêché de prendre même des photos à l’entrée de la présidence nous demandant avec d’autres journalistes de déguerpir devant la présidence et d’aller attendre à GTA sinon ils vont nous brutaliser ». Qui dit mieux ?

L’audience en question

Elle a été de courte durée. Elle n’a duré ni quarante cinq minutes (45 mn), ni une heure de temps comme certains le soutiennent. Elle a duré environ une trentaine de minutes. Elle a été la confirmation du jeu de ping pong où chacun a réitéré sa position.

Deux sujets ont meublé les échanges. Sur la question des réformes Faure Gnassingbé  rassure que le Premier Ministre a été instruit d’ouvrir des discussions sur les réformes le jeudi prochain. Mais Gnassingbé 2 est resté dans sa logique de faire avaliser tout in fine à « son » assemblée nationale. Puisque sont parti s’est choisi 62 députés aux dernières législatives, auréolé d’une majorité absolue qui lui permet de faire ce qu’il veut. C’est une déception que Faure Gnassingbé qui sait pertinemment ce que valent en réalité les institutions togolaises, puisqu’elles sont taillées selon son bon vouloir, de les évoquer à tout bout de champ comme un dirigeant démocratique à la tête d’un pays normal.

Le second sujet est relatif au dossier des incendies avec le volet concernant ceux qui sont toujours en détention. C’est là que Faure surprend et étale qu’il y a un problème fondamental dans la gestion du pays. Il aurait déclaré n’être  pas au courant qu’il y a toujours des détentions. Eh oui, le numéro un togolais ne sait pas. Une réponse assez grave au regard de la complexité de ce dossier des incendies sur lequel les togolais ont droit à la vérité sur les vrais commanditaires de ce crime. Maintenant il est informé, les togolais attendent qu’il donne des instructions dans le bon sens.

Commentaires

Le peuple togolais après au moins 24 ans de lutte depuis l’ère démocratique a démontré son plein désespoir à l’analyse des gesticulations auxquelles il s’est donné autour d’une simple rencontre où la majorité des citoyens sait pourtant qu’elle ne verrait pas l’alternance tombée du ciel, juste à la faveur d’une rencontre entre Faure Gnassingbé et Jean Pierre Fabre. Les togolais doivent se ressaisir dans ses réactions qui obéissent plus à l’émotion qu’au bon sens. De la même façon il est tant que le peuple togolais à l’instar des autres qui prennent leur destin en main de mener  la lutte pour un Togo autre avec la tête au lieu de continuer à le faire avec le cœur, source de sensation et d’émotions pour d’énormes déceptions au finish.

L’opposition pour sa part sait qu’elle a fort à faire pour obtenir ses réformes face à un Faure Gnassingbé qui ne va jamais renoncer à son rêve de mourir au pouvoir comme quelqu’un. D’ailleurs quelqu’un a soutenu que leur père leur a dit de ne jamais laisser le pouvoir. La conception patrimoniale du pouvoir est restée dans les veines et le syndrome de la présidence à vie est une pathologie avérée qu’on ne peut soigner avec de simples audiences, ou de simples manifestations hebdomadaires, ou encore avec des querelles de chapelle au niveau de l’opposition. Cette opposition  est appelée à tout repenser face à un pouvoir vorace et insatiable qui est capable d’opérer d’autres massacres de togolais pour rester au pouvoir. Enfin, l’opposition togolaise doit rester très vigilante car après cette rencontre. D’ailleurs le ministre Christian Trimua qui a assisté à la rencontre aux côtés de son mentor Faure a précisé que les échanges se poursuivront. Les passerelles vont jaillir et c’est maintenant que Fabre et compagnons doivent faire de la real politique avec pour seul crédo l’intérêt général.

Faure Gnassingbé en acceptant une telle audience à juste voulu prouver surtout à la communauté internationale qu’il est ouvert au dialogue pour un Togo apaisé. Un Togo apaisé dans la dictature pendant presque un demi-siècle reste un paradoxe et une aberration. Une chose est de s’ouvrir au dialogue, d’échanger avec ses opposants; une autre est d’incarner les valeurs démocratiques et de rentrer dignement dans l’histoire.  Autant Jean Pierre Fabre a du pain sur la planche, autant Faure Gnassingbé doit pouvoir se débarrasser de ses chaines d’esclave du pouvoir, des délices et privilèges  et placer l’intérêt des togolais et du Togo au dessus de tout. C’est cela être un grand homme d’état, un grand homme tout court, celui là, n’est pas fait pour humilier, pour assujettir, mais pour admirer ».

 

 

Publicités

Actions

Information

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :