Les victimes de la torture exigent l’exécution de l’arrêt de la cour de justice de la CEDEAO dans le dossier Kpatcha Gnassingbé.

13 03 2014

asvittoL’Association des Victimes de la Torture au Togo,  (ASVITTO)  du Commandant Olivier Amah Poko, malgré les manœuvres d’intimidations a tenu son sit in ce jour pour exiger l’exécution de l’arrêt de la cour de justice de la CEDEAO dans le dossier de complot contre la sûreté intérieure de l’état, arrêt rendu  depuis le 03 juillet 2013 et qui reconnait clairement que le droit des requérants à un procès équitable à été violé. En plus de condamner l’état togolais à dédommager les victimes de traitements cruels inhumains ou dégradants, la cour ordonna que cessent les violations sur les détenus.

Ils étaient près de 200 personnes à observer le sit in de  ce 13 mars 2014 qui a duré près de deux heures d’horloge, devant l’esplanade du palais des congrès de Lomé. « Seuls les téméraires ont pu faire le déplacement », nous a confié le commandant Olivier Amah Poko, tout le secteur étant fortement bouclé. Lire le reste de cette entrée »





Alberto Olympio, une étoile qui honore le Togo.

11 03 2014

Alberto_olympioUn petit tour sur la toile notamment dans google et la découverte est immense. Le togolais Alberto Olympio a totalisé 14 ans d’expérience chez le géant de l’informatique Microsoft. Depuis quelques années il a mis sur pied sa propre entreprise Axxend qui se porte plutôt bien. Un jeune togolais qui fait partie de ces africains qui bousculent la donne mondiale et font pointer une lueur d’espoir pour les générations présentes et futures que tout n’est pas perdu pour l’Afrique. Le Togo doit être fier de faire partie du challenge dans le domaine du hi tech.

Voici en quelques lignes ce que wikipedia retient de ce jeune togolais rompu aux joutes avec des idées pleins la tête pour son continent et son pays. Voilà qui donne raison d’être fier d’être africain et togolais. Lire le reste de cette entrée »





Togo, Agbenda remplace Akakpo au Service de Recherches et d’Investigation (SRI).

11 03 2014

imagesLa politique de « déshabiller Pierre pour habiller Paul » ou découvrir Pierre pour couvrir Paul fait son bonhomme de chemin au  Togo de Gnassingbé 2. Nous avions pris cette expression imagée quand le général Mohamed Titikpina fut remplacé par l’autre général, Abalo Félix Kadanga. L’un comme l’autre étant des personnages sulfureux cités dans les différents rapports officiels et officieux comme auteurs d’exactions ou de crimes. Nous sommes de nouveau  en face d’un autre schéma de Pierre et Paul. Les capitaines Akapko et Agbenda, le premier est connu de tous les togolais comme maître oppresseur, champion des montages grotesques et des enquêtes téléguidées. Mais le second n’est pas moins cynique. Le capitaine Agbenda est dorénavant le nouveau patron du SRI, il remplace le capitaine Akakpo qui débarque à Madagascar pour préparer son diplôme d’état major.

Le capitaine Akakpo totalise 21 ans au sein de l’armée togolaise qu’il a intégrée en 1993 comme soldat à la faveur d’un concours de recrutement. Il a évolué au centre national d’instruction  de Kara puis à l’EFOFAT de Pya  entre 1996 et 1998 où il faisait partie de la toute première promotion. Après il atterrit à la gendarmerie nationale et devient après quelques temps un élément du SRI qu’il finira par chapeauter au départ du commandant Olivier Amah Poko qui devrait préparer son diplôme d’état major.

De sources concordantes le capitaine Akakpo aurait dû quitter la direction du SRI depuis belle lurette mais à chaque  fois, il s’y est opposé. « Il ne respecte les ordres d’aucun supérieur hiérarchique si ce n’est ceux de son tout puissant chef d’état major à l’époque le général Mohamed Atcha Titikpina » nous a confié une source militaire. Le tristement célèbre capitaine Akakpo était l’alpha et l’oméga de ce service qui est devenu un véritable fourre tout. Lire le reste de cette entrée »





Promotion de la politique de l’impunité, Douti Sinalengue inhumé, ses assassins protégés par le régime togolais.

9 03 2014

imagesDouti Sinalengue c’est le nom du  jeune élève de 21 ans décédé des suites des coups reçus à l’abdomen par les forces de sécurité à Dapaong en avril 2013 dans le cadre  des manifestations scolaires que le Togo a connu.  Les élèves réclamaient la reprise des cours, suite au mot d’ordre de grève du corps enseignant. Les forces de l’ordre du Togo ayant toujours la gâchette facile ont tiré à bout portant sur  le très jeune Anselme Gouyano Sinandaré de seulement 11 ans et battu à mort Douti Sinalengue dont les parents ont exigé à connaitre les noms des auteurs de ce crime avant que leur enfant ne soit inhumé. Presque un an après  ce bras de fer que la famille a courageusement  engagé avec le pouvoir togolais, Douti Sinalengue est finalement inhumé ce 08 mars malheureusement sans que les auteurs ne soient connus. Preuve tangible du  règne de l’impunité dans une dictature héréditaire. Retour sur le cynique  film des manipulations, manigances, complots et brigues,  dont a usé et  abusé une fois encore le régime togolais pour rouler dans la farine la famille de Douti et réussir de façon déloyale à ce que ce jeune martyr soit enterré finalement comme un « chien ».

Il est opportun de rappeler la version mensongère dont se sont fendues sans gêne les autorités  togolaises et les juges « charlatans » du régime après la mort du valeureux Douti sinalengue. « L’élève qui avait 22 ans et était en classe de 1ère, est décédé d’un arrêt cardiaque pendant l’intervention chirurgicale, il ne portait aucune trace de coups, selon les médecins. Le patient aurait été victime d’une contusion de l’abdomen ayant entraîné une péritonite aiguë généralisée par perforation de l’intestin grêle ». C’est en résumé le refrain mensonger des autorités togolaises pour couvrir les assassins du jeune Douti. Lire le reste de cette entrée »





Lancement officiel du Programme de bourses universitaires ALODO.

7 03 2014

Coupure de ruban 5-03-14Le Réseau Na-Assi/Ha-Nissi a lancé officiellement ce 03 mars 2014, à l’auditorium de l’Université de Lomé, un programme de bourses universitaires dénommé Alodo. La cérémonie a lieu en présence d’un représentant du Ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, du Professeur Glitho, Doyen de la Faculté des Sciences, et de l’artiste King Mensah. Lire le reste de cette entrée »





Togo, puérile agitation autour de la rencontre Faure Gnassingbé et jean pierre Fabre.

5 03 2014

Une délégation de l’opposition conduite par Jean Pierre Fabre, président de l’Alliance Nationale pour le Changement (ANC) a rencontré Faure Gnassingbé le Chef de l’Etat togolais. Cette rencontre fait suite à une lettre de demande d’audience introduite par le numéro un de l’opposition pour évoquer de vive voix avec le numéro un togolais, l’éternelle question des reformes constitutionnelles et institutionnelles conformément à l’Accord Politique Global (APG) du 20 août 2006.  Pour rappel, le régime togolais a toujours usé de subterfuges pour refuser d’opérer ses réformes gages d’une possible alternance et un coup de canif dans le rêve de jouir d’un pouvoir illimité que chérit le fils d’Eyadema.

Fait curieux, depuis l’annonce de cette rencontre l’opinion togolaise est rentrée dans une transe inexpliquée et inexplicable. Quelques heures après cette rencontre la nuit est tombée sur le pays, les étoiles sont dans le ciel, Il n’y pas eu de miracle. C’est juste une rencontre, une audience, un échange d’une trentaine de minutes entre des adversaires politiques certes mais des hommes ordinaires et la vie a repris son cours normal. Rien n’a changé depuis que les portes de la Présidence de la République togolaise se sont refermées derrière Fabre et amis. Le Togo jusqu’à l’heure où nous écrivons est toujours sous coupe réglée de la famille Gnassingbé et comparses qui régentent le pays depuis presque un demi siècle. Vaine agitation donc autour d’une simple audience.

La veille de l’audience Lire le reste de cette entrée »





Togo, élection au Conseil National de la Jeunesse, la ministre Victoire Dogbè « aussi », crie à la fraude électorale !

4 03 2014

imagesLe Conseil National de la Jeunesse (CNJ), version Togo,  est secoué par une crise née de l’élection du nouveau bureau qui a élu à sa tête monsieur Kolani Gartieb depuis le 20 janvier 2014. Le processus électoral ayant conduit au renouvellement du bureau a été pourtant suivi par les services du ministère à tout faire, le ministère de tutelle, celui de dame Victoire Tomégah Dogbè,  qui n’a pas trouvé matière à contestation mais, patatras, un mois après cette élection,  dans un communiqué scandaleux remet en cause l’élection de monsieur Kolani Gartieb qui selon les indiscrétions n’est pas le candidat idéal aux yeux de l’autre « maman de la république ». Il est tout à fait curieux qu’un produit du régime, champion en holdup électoral, crie à la fraude. Le Togo est vraiment le pays du tout est possible.

L’objectif de ce présent article n’est pas de s’intéresser au Conseil National de la Jeunesse, qui est une initiative de l’Organisation Internationale de le Francophonie (OIF) à l’endroit des jeunesses africaines pour leur épanouissement et pour qu’elles puissent impacter sur les différentes politiques de développement au niveau des Etats francophones. C’est ainsi que ces jeunes sont impliqués dans les différentes célébrations de la francophonie avec des thématiques liées à la démocratie, la bonne gouvernance, l’état de droit, l’environnement, etc. Le Conseil National de la Jeunesse est donc l’organe officiel d’avis et porte-parole des jeunes. Il n’est pas propre au Togo même si au Togo le pouvoir dynastique veut en faire une caisse de résonance de sa politique monolithique  basée sur des règles anti démocratiques. Lire le reste de cette entrée »