La théorie « du crime contre l’état » selon Faure Gnassingbé, pour maintenir en prison les « prisonniers personnels de la République ».

7 05 2014

agone47_une-small320Depuis le 30 avril dernier, le plus « Faure » des togolais a ordonné la libération de 484 détenus. C’est son cadeau dans le cadre de la commémoration du 54 èm anniversaire de l’indépendance du Togo. L’annonce a été faite par le « ministre pasteur », Koffi Essaw qui se sert souvent des paroles bibliques pour endormir les citoyens et leur demande de subir la dictature dans la politesse et le silence. Seul hic dans cette mesurette, Faure Gnassingbé a estimé entre autre que les auteurs de crime contre l’état ne sont pas concernés par ce cadeau de l’indépendance qui en réalité n’en est pas un puisqu’il ne concerne que 484 personnes sur les milliers de pensionnaires que comptent les prisons du pays et sont concernés surtout des détenus dont la peine à purger n’excède pas six mois.

Six mois dans une prison togolaises c’est la marge raisonnable d’une peine que les juges charlatans du pays peuvent imputer à un citoyen et souvent pour des infractions mineures. Des situations que des chefs de quartiers, de villages, de cantons peuvent régler dans un pays normal et décentralisé. Lire le reste de cette entrée »