Les togolais obligés d’être des « diplomates » pour espérer une prompte réaction du pouvoir en place à leur mort

12 05 2014

indexLa nouvelle de la disparition accidentelle de l’ambassadeur du Togo au Gabon, monsieur Essohanam Adewui, continue de faire le tour de la toile. Pour certains, notamment le régime togolais, les circonstances de cette tragique disparition restent à élucider, pour d’autres et à en croire les images des corps inanimés qui circulent, monsieur l’ambassadeur est mort par noyade avec sa copine au sortir d’une soirée en discothèque visiblement bien arrosée. Dès le lendemain de cette annonce le gouvernement togolais n’a pas tardé à réagir via communiqué. Il faut rappeler que, des togolais, notamment trois ces derniers temps, ont disparu, dans la diaspora. Malgré l’émoi de l’opinion, ces disparitions n’ont fait ni chaud ni froid au pouvoir de Faure Gnassingbé. Et pourtant, qu’ils soient diplomates ou rien du tout, les togolais sont sensés bénéficiés des mêmes traitements quelque soit leur rang, leur appartenance religieuse, politique ou autres.
« L’ambassadeur du Togo au Gabon a été retrouvé ce matin mort noyé dans sa voiture avec sa copine ». Cette phrase est reprise en boucle sur internet et l’information circule dans le monde entier.
Fait rare pour le gouvernement togolais de réagir un dimanche puisque tout donne l’impression que c’est le service minimum sous Faure Gnassingbé. Il faut le noter, sur cette affaire de mort du diplomate togolais au Gabon, le communiqué du ministère des affaires étrangères est rendu public ce dimanche 11 mai 2014. Le communiqué souligne avoir appris la mort du diplomate dans la nuit du 09 au 10 mai 2014. Les autorités compétentes du Gabon ont été contactées pour « les constatations d’usage », selon lequel les circonstances de la mort du diplomate togolais ne sont pas encore connues, indique toujours le communiqué. Plus loin on peut y lire, « Le ministère, au nom du chef de l’Etat et du gouvernement, présente ses sincères condoléances à la famille éplorée et la rassure que toutes les dispositions seront prises pour connaître les circonstances exactes de la mort du diplomate et rapatrier la dépouille mortelle à Lomé dès que possible ».
Voilà qui est bien frustrant pour les togolais « non diplomates fêtards ». Pour le diplomate Essohanam Adéwui, le gouvernement se rappelle subitement des bonnes pratiques à savoir présenter des condoléances à la famille attristée.
Dans le cas des togolais Michel Komi Evoda, abattu par la police allemande en décembre dernier et de Benjamin Tengue, résidant aux Etats Unis, tué par balles par les malfrats en avril dernier, silence radio. Ironie du destin, ces deux togolais ont été assassinés par balles. L’un par la police allemande pour une histoire qui reste à élucider et qui va certainement finir devant les tribunaux allemands et le second par des malfrats dans la ville d’Atlanta.
Michel Evoda, évolue dans le club de rugby de la Cologne pendant que Benjamin Tengue est en 3eme année d’université à Georgia State University (GSU). A ces deux s’ajoute la mort de Etonam Kodjo Adjassou, jeune footballeur togolais évoluant dans le club Bankstown City FC de l’Australie. Il est décédé il y a quelques jours, suite à une crise en plein match selon un communiqué de la fédération australienne de football. Des valeurs sûres pour le Togo, des citoyens qui de part leur parcours de vie ont honoré le Togo contrairement à cet ambassadeur qui selon nos informations passe son temps à croquer la vie à pleine dents dans une totale bassesse comme le recommandent les habitudes de la maison qui régente le Togo depuis bientôt un demi siècle. Lesquelles habitudes sont devenues des identités remarquables en particulier pour ceux qui incarnent le pouvoir au Togo et les autres citoyens en général.
La forte communauté togolaise qui réside au Gabon selon nos recoupements n’est pas étonnée par cette fin tragique vue le train de vie ostentatoire de ce diplomate qui représentait dignement le « Togo poubelle » où toutes les dérives sont permises.
Et pourtant à sa mort le gouvernement s’empresse de sortir un communiqué, présentant des condoléances à sa famille tout en la rassurant de prendre des dispositions pour que lumière soit faite.
Pour Michel, Benjamin et Etonam, pas un seul mot de condoléances aux familles et aucune disposition pour élucider leur mort. Pour Benjamin Tengue, il a même été demandé de faire une cotisation symbolique pour soutenir la famille ; le gouvernement togolais n’a bronché.
Quel est ce gouvernement, hors série qui ose prôner la politique du citoyen entièrement à part et à part entière même face à la mort ?
Quel est ce pouvoir qui fait l’apologie des citoyens irresponsables pour la simple raison qu’ils sont des personnalités ?
Quel est ce gouvernement qui laisse aux oubliettes des citoyens parce que « fils de togolais ordinaires » mais honnêtes, responsables et qui honorent leur pays ?
Emil Michel Cioran affirme si bien dans son œuvre le livre des leurres, « L’indifférence est un crime envers la vie et envers la souffrance. »

Publicités

Actions

Information

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :