Probable expulsion de Moov Togo, dommage collatéral avec le dossier Pascal Bodjona ?

7 09 2014

moovLes déboires de Moov Togo avec les autorités togolaises ne datent pas d’aujourd’hui, il y a quelques années l’ARTP (autorité de régulation des secteurs des postes et télécommunications) a fait des misères à Moov Togo, la filiale du groupe Etisalat pour cause de redevances. Il nous revient par différentes sources que cette tempête aurait pu prendre une allure plus soft si Moov Togo n’a pas eu à relayer les termes du communiqué conjoint CST- Arc En Ciel, réclamant la libération immédiate de Pascal Bodjona détenu depuis le 21 aout 2014 à la prison de Tsévié.

Beaucoup d’abonnés soutiennent avoir reçu ce communiqué de la part de Moov Togo qui aurait relayé quelques jours plus tôt et sans aucun reproche du pouvoir,  la réaction du ministre Gilbert Bawara qui répondait aux coalitions de l’opposition sur la question de la recomposition de la CENI. Togocel, a relayé il y a quelques semaines sans vergogne des messages appelant les togolais à voter quasiment pour le parti au pouvoir UNIR aux prochaines joutes électorales sans que les cris au scandale n’aient fait frémir le tout puissant régime cinquantenaire en place qui dirige tout y compris les sociétés privées comme celles de l’état.

Cette épée de Damoclès qui pend sur la tête de Moov depuis quelques jours avec une certaine insistance depuis 48 heures trouverait son explication dans la diffusion d’un communiqué de l’opposition que le pouvoir n’a pas digéré. Les amis du « prince gouverneur » comptent profiter de cette tempête provoquer à dessein pour se débarrasser du groupe Etisalat au Togo pour en faire venir ou en monter de toute pièce un autre plus docile à même d’avaler les grosses couleuvres de la maison UNIR qui a tous les appareils d’états et toutes les sociétés dans sa poche.

Le but de cet article n’est pas de prendre la défense d’une société de téléphonie mobile au sein de laquelle il  se passe  des choses au regard de certaines révélations que nous sont rapportées. Comme dans la plupart des  sociétés togolaises ou installées au Togo les règles de bonnes gestions sont foulées  au pied. De plus de l’avis de presque tous les abonnés de Moov la prestation est décriée, la communication reste chère de même que la connexion internet d’une lenteur inimaginable. Le constat est le même pour toutes les autres sociétés de télécommunications notamment Togocel et Togo Telecom.

Comment expliquer le long silence de l’ARTP depuis ce temps vis-à-vis de Moov qui rechigne à honorer ses engagements pour lui coller à la culotte aussi brusquement ?

Moov Togo est sommé de payer   un milliards 300 millions de FCFA comme sanction, faute de quoi, l’entreprise  va plier bagage pour être sans doute remplacée par un autre opérateur plus enclin à subir les désidératas d’un pouvoir qui n’a que faire des règles de concurrence loyale.

Il nous revient que le départ de Moov serait un bon débarras pour l’entourage du prince qui a sa solution de rechange surtout à la veille de la présidentielle fatidique de 2015. Affaire à suivre.

 

Advertisements

Actions

Information

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :