Togo, adieu les réformes, les institutions à fraudes mises en place et aux bottes de Faure Gnassingbé.

22 09 2014

faure fabreLe Togo s’achemine vers une énième mascarade électorale. La présidentielle de 2015 s’approche et les manœuvres du pouvoir pour assurer une présidence à vie au fils d’Eyadema sont mises en branle. Après l’opération charme de Faure Gnassingbé assortie de quelques liasses dans les différentes garnisons du pays pour s’assurer de la fidélité de la réelle détentrice du pouvoir au Togo, l’armée, c’est autour des frauduleuses cour constitutionnelle et commission électorale d’être mises en place avec l’accompagnement d’une opposition de plus en plus fragile, pour l’assaut final.

Faure Gnassingbé semble tout bétonner pour s’offrir un autre scandaleux mandat après une décennie de gestion calamiteuse. Rassuré d’avoir une opposition qui ne représente une réelle menace pour son trône, le numéro un  togolais se met dans une posture de narguer tout le monde, ignorant que des surprises et des évènements inattendus peuvent toujours surgir dans ces genres de processus.

La communauté internationale qui semblait donner des injonctions au régime cinquantenaire pour mener les réformes s’est ravisée face à l’entêtement de Faure Gnassingbé et amis qui n’ont d’autre priorité que le pouvoir à vie et à tout prix.

L’opposition togolaise qui n’a que des cris et marches de protestation comme recours, a de nouveau vociférer  mais s’est heurtée à un régime autiste. Le scénario est connu depuis 24 ans maintenant. Au pied du mur comme à la veille de chaque échéance, l’opposition togolaise accompagnera la dictature dans ce processus électoral à fraudes.

Le ministre Gilbert Bawara, confirmera après l’installation de la commission électorale que la classe politique ferait mieux de se pencher sur  le scrutin présidentiel en mettant de côté la questions des réformes constitutionnelles et institutionnelles.

La suite des évènements donne raison au responsable de l’appel des patriotes, Fulbert Attisso qu’un régime comme celui du Togo ne ferait jamais des réformes.

Tout en soutenant l’opposition dans cette revendication, le parti des togolais d’Alberto Olympio a invité les deux blocs de l’opposition CST et Arc En Ciel, à se focaliser davantage sur la surveillance électorale de façon à produire les procès-verbaux après les élections. Puisqu’unie ou pas, l’opposition togolaise à toujours battu à plate couture Gnassingbé père et fils mais elle n’a jamais été capable de prouver cette victoire. Alberto Olympio estime que c’est à ce niveau que se trouve le nœud du problème et tel devrait être l’objectif de l’opposition plurielle.

L’opposition togolaise va-t-elle se rendre compte à temps que les carottes sont en train d’être cuites et adaptée une stratégie adéquate  au reste du processus électoral, ou va-t-elle se contenter de faire comme à son habitude en accompagnant Faure dans son rêve de présidence à vie pour crier fraude électorale et contestation sans aucun résultat et rebelote 05 ans après ?

L’évolution de la situation édifiera les uns et les autres.

Advertisements

Actions

Information

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :