Les Eglises du Togo plaident pour la nécessité des réformes avant les élections présidentielles.

2 10 2014


égliseAlors que les représentants des églises au Togo ont toujours affiché une posture diplomatique interprétée comme une caution au régime togolais, ces « hommes de Dieu » viennent de rompre le silence en exigeant que les réformes politiques puissent se faire avant la tenue des élections présidentielles. Même si le pouvoir en place à tourner la page des réformes et se concentre sur comment faire accepter le prochain holdup électoral, la position des églises a le mérite de ressusciter le débat sur les réformes  et de prendre l’opinion et l’histoire à témoin de ce qui pourra advenir dans le cas de ces élections prochaines. De l’avis de nombres d’observateurs, les églises font bien de dire pour une fois et sans langue de bois que les réformes sont indispensables.

La conférence des évêques, qui n’est pas à sa première demande vis-à-vis de l’ensemble de la classe politique pour les réformes revient à la charge cette fois ci avec, le bureau exécutif de l’église évangélique presbytérienne du Togo et le comité exécutif méthodiste du Togo. Dans une déclaration conjointe ces trois entités demandent aux acteurs politiques de réintroduire les réformes institutionnelles et constitutionnelles à l’assemblée nationale. Les trois églises ne cachent pas leur déception face au silence constaté suite au rejet du projet de loi de révision de la loi fondamentale  depuis le 30 juin 2014.

« C’est une « rebuffade essuyée par le peuple » et « un regrettable recul » enregistré dans l’engagement pris par les mêmes acteurs d’une part depuis plus de huit ans dans le cadre de l’Accord Politique Global (APG) et, d’autre part, depuis plus de deux ans dans le processus de mise en œuvre des recommandations de la Commission Vérité Justice et Réconciliation (CVJR) », épingle le communiqué.

Cette démarche  de ces trois congrégations chrétiennes est à saluer. L’église est souvent  accusée par une bonne partie de l’opinion nationale à tort ou à raison d’entretenir un silence assourdissant voire complice face à la situation de désespoir dans laquelle le Togo est plongé depuis presque cinq  décennies. Ce sentiment a pris une certaine ampleur  quand les représentants du clergé catholique en République démocratique du Congo, au Cameroun et au Bénin étaient  contre la présidence à vie et  plaidaient pour la limitation du mandat présidentiel.

Au moment où la question des réformes est mise aux oubliettes par la classe politique, l’église vient de rappeler aux uns et aux autres l’essentiel.

Ce communiqué conjoint de l’église catholique, protestante et méthodiste rallume un tant soit peu la flamme de l’espoir et reste un message au peuple togolais que ceux qui représentent ces  églises conformément aux principes d’égalité et de justice n’ont pas laissé le peuple à son triste sort.

 

Advertisements

Actions

Information

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :