Entretien avec la journaliste Sadio Kanté Morel expulsée du Congo Brazzaville.

4 10 2014

sadioL’actualité du moment c’est aussi l’expulsion de la journaliste Sadio Kanté Morel  du Congo pour défaut de carte de séjour selon les autorités de ce pays. L’intéressée estime que les mobiles de son expulsion relèvent du fait qu’elle gêne le pouvoir congolais. Dans une interview qu’elle a bien voulu nous accordé elle revient sur les circonstances et les conséquences d’une expulsion aux relents de règlements de compte.

Madame Kanté les autorités congolaises vous ont expulsé du pays au motif de défaut de carte de séjour, décrivez nous les conditions dans lesquelles vous été expulsée ?

Je suis allé à la direction générale de la police dans l’après-midi du 21 septembre faire un signalement d’usurpation d’identité dont mes frères nés congolais et devenus français sont victimes de la part des personnes hébergés par mon père très âgé et qui a eu 26 enfants, quelques temps après le directeurs de la police administrative me fait appeler alors que je remettais ma lettre de signalement au chargé de communication du DGPN qui lui était hors de son bureau. Le colonel me signifie alors ma mise à ecrou pour trouble à l’ordre publique et demande à ce que je sois entendu jusqu’à son retour. Il se rendait à un séminaire. Dès qu’il est sorti, on m’a menottée,  et conduit au commissariat central, vers 21h un confrère est venu me voir et m’a demandé de lui fournir mon acte de naissance et ma la lettre d’accréditation sur la demande du colonel Ndoudi, je lui ai dit qu’ils ont pris mon sac qui contient les clés de mon appartement et mes téléphones donc dans l’impossibilité de fournir ce qu’il me demande vu que je suis au cachot.

A 1H du matin, une équipe est venu me chercher sous le prétexte que le DG de la police nationale le général Ndenguet demande à me voir, menottée à nouveau je suis surprise de me retrouver à l’aéroport avec de sac de voyage qu’ils ont pris chez moi en y mettant quelques vestes, sans jupes ni pantalon et avec une photo de mon défunt mari et une autre de mon fils. Donc je me suis dit que tout a été décidé et qu’il ne sert à rien à ce stade de résister, vers 2H passée, on m’a remis à la police des frontières en enlevant mes menottes et à 3 h, l’avion a décollé pour Bamako, on a même prit un billet première classe (classe affaire).

Madame Kanté vous êtes de père malien et de mère sénégalaise mais vous avez vu le jour au Congo, où la législation dit clairement que toute personne ayant vu le jour en terre congolaise prend la nationalité, ce qui conforte votre thèse que les raisons de votre expulsion sont ailleurs, alors selon vous que vous reprochent les autorités congolaises ?

Je suis l’une des rares journalistes à être indépendante à dire les choses comme elles se doivent et on dit que j’ai un franc parlé qui aujourd’hui m’a nuit puisque pas du gout des autorités d’ici qui pensent que le journalisme c’est un seul son de cloche…et puis c’est surtout que j’ai été aussi interpellée le lendemain de l’agression de mon confrère Elie Smith alors que le même jour j’ai passé la journée à donner l’alerte.

Comment vont le confrère Elie Smith et sa sœur ? que dit la police congolaise sur l’identité des auteurs de cette agression et viol collectif ?

Une semaine après, quelques agresseurs d’Elie ont été arrêtés et présentés à la presse mais Elie a demandé que maintenant l’enquête s’étende à la recherche des commanditaires car ces agresseurs étaient au téléphone avec quelqu’un qui leur a dit de ne finalement pas tuer Smith. Smith m’a ensuite appelé deux jours après pour me dire que le DGPN n’est pas contente de cette phrase dite par Elie sur RFI… la sœur de Smith est toujours à Brazza au moment où je vous parle, dans une clinique et peut-être qu’elle regagnera son frère au Cameroun ou il a été expulsé le 26 aout dernier.

Quel regard portez-vous sur la situation de la presse au Congo ?

Les journalistes de mon pays subissent ce qu’ils appellent les « affectations sanctions », ils n’ont pas d’alternative de vie ailleurs que dans le pays donc ils s’alignent et ne font pas plus que ce qu’on leur demande. Leur demander d’être impartial dans le traitement de l’info est trop demander, pourtant ils ont de solides formations mais sont face à un régime qui a encore de graves instincts de monopartisme…

Peut dire qu’il y a une certaine liberté de presse et d’expression au pays de Sassou N’Guesso ?

Il n’y a rien qui ressemble à la liberté au Congo, même le délit de presse n’est pas dépénaliser, alors le journaliste est celui qui s’auto censure et fait face à la rétention de l’info par les instances.

Quels sont en gros les rapports de la presse avec le pouvoir congolais ?

Des rapports d’intimidation. Si le journaliste prétend à une certaine liberté…avec les intimidations et  menaces qui peuvent aboutir à ce qu’Elie et moi avons vécus.

Vous soutenez que vous retournerez dans votre pays le Congo parce que vous n’avez pas besoin de visa, à quand ce retour ?

Mes avocats ont retrouvé les copies de mes actes de naissance, je leur ai envoyé la copie de ma lettre d’accréditation de Reuters aux autorités, qui à leur tour m’ont émis ma carte de presse, je souhaitais repartir la semaine même de mon expulsion, mais sur leur conseil j’attends la réponse des recours en justice pour que rien ne puisse m’être plus tard reprocher…car si on prétend que je ne suis pas née au Congo on ne peut m’en fournir preuve et donc jusqu’à preuve du contraire, je n’ai pas besoin de visa pour retourner chez moi. Enfin j’ajouterai que dans mon cas, l’intolérance a atteint son niveau de médiocrité le plus bas, je crois que je pourrai figurer dans Guinness record pour être la première journaliste au monde chassée de son propre pays pour défaut de titre de séjour.

 


Actions

Information

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :