Blaise Compaoré ou le pouvoir éternel à tout prix.

28 10 2014

bcIl n’est un secret pour personne que le président burkinabè fait partie du club « huppé » des dictateurs invétérés dont le continent africain regorge. Si certains comme Compaoré atteints du syndrome du pouvoir éternel préfèrent ne pas tenir des discours tapageurs pour justifier leur amour infini et insensé pour le fauteuil présidentiel Compaoré se lâche sur les médias internationaux avec arrogance et suffisance. Seul contre son peuple et tous les démocrates qui comprennent que deux mandats à la tête d’un pays est largement suffisant,  Compaoré persiste car pour lui alternance et éternité au pouvoir sont similaires.

Le Burkina bouillonne depuis quelques jours et depuis que le numéro un du Faso dans ses manœuvres pour s’éterniser au pouvoir pense recourir à un référendum pour toiletter la loi fondamentale. En l’état cette loi l’empêche de briguer un énième mandat à la tête du Burkina qu’il dirige depuis 27 ans sans partage.

Marches populaires de protestations, mouvements de désobéissance civile, l’opposition burkinabè, la société civile, bref la majorité du peuple burkinabè est contre cette volonté morbide du facilitateur attitré dans l’ouest africain de mourir au trône. Lire le reste de cette entrée »





Présidentielle 2015, une mission onusienne visite le Togo.

28 10 2014

nu

Conduite par Akinyemi Adegbola, une mission du département des affaires politiques des Nations Unies est en visite au Togo à seulement quelques 05 mois de la présidentielle de 2015.

Monsieur Akinyemi a pour mission d’évaluer le système électoral du Togo en sa qualité de coordonnateur de la division d’assistance électorale. Aux termes de cette mission des propositions concrètes seront faites en vue de l’amélioration des différents paramètres qui interviennent dans l’organisation des processus électoraux. Cette mission de source concordante est destinée à proposer des solutions idoines pour des élections crédibles et transparentes.

Dans son agenda monsieur Akinyemi rencontre les acteurs sociaux politiques impliqués ou ayant un droit de regard sur le processus électoral enclenché vaille que vaille avec les installations de la cour constitutionnelle et de la commission électorale sans omettre les nombreux remaniements au sein de l’armée dans un pays où cette entité peut intervenir contre toute attente dans le débat politique.

La société civile qui a échangé avec cette mission onusienne a réitéré ses inquiétudes sur le climat  délétère qui prévaut dans le pays à la veille de ce rendez électoral. La question des réformes, l’observation électorale par les associations de la société civile, la nomination du Colonel Massina Yotrofei à la gendarmerie alors même qu’il est cité dans un rapport constitutionnel comme auteur d’actes de tortures sont entre autre les sujets que les associations et ONG ont porté à la connaissance de cette mission des Nations-Unies. Lire le reste de cette entrée »