Togo, les forces de l’ordre usent de balles réelles contre les vendeurs de carburant illicite.

3 11 2014
Y.Damehane

Y.Damehane

Les faits remontent au samedi 02 novembre dans la préfecture des lacs à quelques kilomètres de Lomé la capitale. De violents affrontements ont opposé les éléments du premier régiment d’infanterie de Zowla et les vendeurs de carburant dit illicite. Bilan un mort et plusieurs blessés.

Depuis quelques temps le gouvernement togolais dit mener un combat contre la commercialisation de ‘’l’essence frelatée’’ mais le pouvoir de Faure Gnassingbé n’a trouvé d’autres moyens que de mener ce soi-disant combat qu’avec des armes à balles réelles. Dans le cas d’espèce, outre la police et la gendarmerie, sont mises à contribution les forces militaires.

Le gouvernement togolais qui continue de soutenir la vente à prix élevé du carburant même quand le baril de pétrole vient à chuter ne comprend pas que les populations et les usagers de la route puissent continuer au péril de leur vie à se procurer les produits pétroliers vendus illicitement.

Au lieu de prendre la mesure de la situation et de comprendre les raisons véritables qui font que ce trafic malgré l’usage de balles réelles continuent de prospérer fait la sourde oreille et reste dans la logique d’utiliser les muscles et les armes face à une problématique qu’il sied d’aborder avec doigté et humanisme. Lire le reste de cette entrée »





Inauguration et remise officielle du Poste de contrôle juxtaposé Togo/Ghana

3 11 2014

ue faureLa Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), les Gouvernements Togolais et Ghanéen ainsi que l’Union européenne (UE) ont procédé ce jour à l’inauguration du poste de contrôle juxtaposé (PCJ) situé à Noépé (frontière Togo-Ghana) à quelques kilomètres de Lomé.

Le poste de contrôle juxtaposé est financé par l’Union européenne sur les ressources du programme régional de facilitation des transports pour un montant de 10,29 Millions d’EUR soit près de 6,75 Milliards de FCFA.

A l’instar des postes frontières de Seme (frontière Bénin-Nigéria) et de Malanville (frontière Bénin-Niger), le PCJ de Noépé contribuera à la facilitation des formalités aux frontières dans le contexte du protocole régional relatif à la libre circulation des personnes et des biens. Il s’agit d’un des moyens favorisant  la  libéralisation  de la mobilité  intra-communautaire des citoyens, contribuant ainsi à la paix et la stabilité de l’Afrique de l’Ouest et à son développement économique. Lire le reste de cette entrée »