Togo, bataille pour les réformes les députés de l’opposition et la diaspora s’activent.

7 11 2014


FGLa question des réformes avant les élections demeurent une priorité. Depuis l’appel des églises Catholique, Evangélique Presbytérienne et Méthodiste, à l’application des réformes préconisées par l’Accord Politique Global, reprise  également dans les conclusions de la CVJR. L’appel des confessions religieuses est soutenu par le groupe des cinq, notamment,  l’UE, le PNUD, les ambassadeurs de France, d’Allemagne et des USA. Depuis ce temps  les voix n’ont cessé de se lever en faveur des réformes. Depuis la chute brutale et inédite de Blaise Compaoré, un des soutiens sans faille de la dictature togolaise, les acteurs de la société civile et  les politiques insistent sur la nécessité des réformes.

Dans la foulée, les députés du CAR et de l’ADDI ont pris l’initiative d’introduire au niveau du parlement togolais un projet de révision constitutionnelle qui concerne 14 articles notamment sur la question de la limitation du mandat présidentiel à deux renouvelable une seule fois et le retour au mode de scrutin uninominal à deux  tours. Ces deux partis sont soutenus par les autres collègues de l’opposition parlementaire.
Les conditions sont réunies pour que la question des réformes soit de nouveau débattue à l’assemblée nationala après le refus de la majorité parlementaire d’émettre un vote favorable depuis juin dernier.

Par ailleurs, la diaspora, notamment le Collectif de Résurgence de la Diaspora (CRD) et le mouvement KEKELI de leur côté,  s’appuient  sur l’article 4 de la constitution togolaise en appelant à la tenue d’un référendum sur la question des réformes. Pour cela une pétition est lancée en vue de recueillir au moins 500.000 signatures représentant plus de la moitié des préfectures.

Compte tenu du contexte mondial avec la position des Etats Unis qui disent niet à toute présidence à vie et au regard de la situation au Burkina Faso avec le balayage de Blaise Compaoré par une insurrection populaire la question des réformes reste une actualité et une priorité pour les forces se réclamant de la démocratie.

Le bon sens voudrait que tous les acteurs puissent œuvrer à contraindre le régime togolais qui totalise près de 50 ans d règne d’opérer les réformes institutionnelles et constitutionnelles avant la tenue du scrutin présidentiel de 2015.

Publicités

Actions

Information

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :