Abdou Diouf prône la limitation du mandat présidentiel.

18 11 2014
A.Diouf

A.Diouf

L’ancien président sénégalais et secrétaire général de l’organisation internationale de la francophonie, Abdou Diouf reçu était l’invité de la chaine de télévision tv5 où il a rappelé la nécessité de limiter le mandat présidentiel.

Prenant son propre exemple pour avoir dirigé le Sénégal pendant 19 ans,  il a tenté de modifier la constitution a reconnu que si c’était à refaire il ne ferait pas. « Je pense qu’à notre époque, deux mandats suffisent largement à la tête d’un Etat », a martelé le président Diouf rejoignant ainsi tous les démocrates du monde qui ne cessent d’attirer l’attention des dirigeants africains piqués par le syndrome du pouvoir éternel des risques qu’ils encourent en voulant s’éterniser au pouvoir.

L’Afrique est à une nouvelle phase de son évolution politique où les pilules de tripatouillage de la constitution, des holdups électoraux ne pourront plus passer. Vouloir passer outre cette volonté des peuples d’Afrique qui s’expriment de façon retentissante est un risque majeur pour les présidents pour la plupart mal élus et qui refusent d’écouter les cris des peuples.

A ce propos le Sénégal reste un exemple de cette vitalité démocratique avec le président Macky Sall qui dès le début de son mandat à ramener le mandat de 07 à 05 ans avec application immédiate il a aussi martelé à toutes les tribunes que deux mandats résidentiels suffisent. Il est l’un des rares sur le continent à avoir soutenu que blaise Compaoré faisait fausse route en voulant s’éterniser au pouvoir. Ce que le chantre de a France Afrique dans l’ouest africain n’a pas digéré et l’a fait savoir en rétorquant à ses détracteurs occupez-vous de vos affaires la suite a été sans appel, blaise est balayée par la rue en l’espace de 24 heures.

Le Burkina écrit depuis ce dimanche une nouvelle phase de son histoire post blaise Compaoré, depuis le 30 octobre 2014 avec la désignation de Michel Kafanda comme président intérimaire du Faso. Il va présider un gouvernement transitoire qui va organiser les prochaines élections présidentielles et faire du Burkina une nation enfin démocratique.

Appel est donc lancé à tous les présidents éternels et têtus. A qui le tour ? L’histoire nous édifiera.

 

 

 

Advertisements

Actions

Information

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :