Togo, le Mouvement Martin Luther King exige la libération des détenus dans l’affaire des incendies des marchés.

26 11 2014

past edohDans un communiqué de presse publié le 23 novembre 2014, le mouvement Martin Luther King (MMLK) du pasteur Komi Edoh exige la libération de 07 personnes encore détenues dans le dossier des incendies des marchés de Lomé et de Kara.

Bientôt deux ans que les marchés de Kara et de Lomé ont été réduits en cendres par des criminels qui continuent de jouir impunément de leur liberté, des militants de l’opposition sont détenus sans procès ni une enquête sérieuse.  Il faut souligner que la mort en détention à la gendarmerie togolaise, d’Etienne Yakanou, un militant de l’ANC alors même que les officiers de la gendarmerie ont refusé de lui permettre de se soigner est un signe que le régime en place n’est disposé à mener de façon impartiale ce dossier. Pour l’heure ceux qui ont laissé mourir monsieur Yakanou bénéficient de la politique de l’impunité, marque de fabrique du pouvoir de Faure Gnassingbé.

Si certains sont libérés tout en étant  inculpés conformément aux lois qui ont court dans un pays de non droit, d’autres continuent de croupir en détention et pour  le Mouvement Martin Luther King, La voix des sans voix,  alors même que le rapport des experts internationaux sollicités par le pouvoir n’est jamais rendu public pour révéler les identités des auteurs et des  commanditaires de ces crimes odieux et crapuleux il est inadmissible que  des citoyens innocents croupissent encore en détention.

L’association du pasteur Komi Edoh, soutien que c’est  un secret de polichinelle que le pouvoir refuse délibérément d’éclairer l’opinion nationale et internationale afin  de faire la lumière sur ce sinistre.

Le mouvement Martin Luther King, publie le nom de 07 personnes encore détenues dans le cadre des incendies, notamment, Agbegbezi Christophe, Amavi Sena, Missinhoun Ignace, Senou Hervé, Yalou Josué, Manti Kwami et Mohamed Loum Tomety.

Pour le MMLK, la détention de ces personnes  est purement et simplement irrégulière, arbitraire et abusive violant l’article 30 de la constitution Togolaise qui stipule que  « nul ne peut être arbitrairement arrêté ou détenu… »

A cet effet, le Pasteur Edoh  demande aux ministres des Droits de l’Homme et à celui de la justice de procéder à la libération pure et simple de ces personnes.

Par ailleurs le MMLK lance un appel aux ambassades et chancelleries accréditées au Togo (USA, France, Allemagne, UE) et au  Haut-Commissariat des Nations-Unies  aux Droits de l’homme afin qu’ils œuvrent  pour que ces personnes recouvrent la liberté.

La question de la libération des détenus dans le dossier des incendies a été évoquée selon le président de l’ANC, Jean Pierre Fabre  au cours de l’audience que le chef de l’état lui a accordée le 22 novembre 2014.


Actions

Information

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :