La rue pour exiger les réformes de la part d’un pouvoir hostile à la démocratie.

20 12 2014

cap 2015L’opposition togolaise réunit au sein du combat pour une alternance pacifique en 2015, (CAP 2015) et les organisations de la société civile ont opté entre autre stratégies pour les manifestations de  rues pour exiger les réformes politiques avant la tenue des élections présidentielles de 2015.

Les rues de Lomé la capitale et depuis une dizaine de jours celles de certaines villes de l’intérieur  sont investies par les militants et sympathisants du cap 2015 et ceux des organisations de la société civile qui n’entendent pas fléchir sur la question des réformes.

Lomé, Aného, Tsévié, Atakpamé, Sokodé sont les villes test, pour essayer de prendre le pouls des populations sur la question des réformes. La majorité des togolais veulent de ses réformes pour éviter à l’avenir que le pouvoir ne soit plus jamais confisqué  par un groupe d’individus qui en font leur chasse gardée pour opprimer l’immense majorité.

Le retour à la constitution de 1992, le reliquat de l’Accord Politique Global, les conclusions de la CVJR sont autant d’instruments sur lesquels se basent les manifestants pour rappeler au pouvoir togolais qu’il a pris l’engagements d’opérer ses réformes notamment sur la question de la limitation du mandat présidentiel, le mode de scrutin, la composition de la Ceni, de la cour constitutionnelle et d’autres institutions.

Manifestants ou non, la majorité des togolais reconnait que ses réformes s’imposent à Faure Gnassingbé qui a pourtant promis à maintes reprises de les faire. N’a-t-il pas de parole ? Même les religieux souhaitent ses réformes et interpellent le numéro un togolais. Que va faire le régime cinquantenaire qui use de dilatoires et refuse d’appliquer les accords et recommandations qui préconisent que le Togo puissent retrouver un cadre normatif ?

Le milieu diplomatique, la communauté internationale, les formations politiques, les organisations de la société civile maintiennent la pression sur le pouvoir togolais pour que les réformes se fassent avant la tenue de tout scrutin.

Allez aux élections dans des conditions anti démocratiques selon le bon vouloir du régime augure des lendemains instables pour le Togo ne cessent de rappeler les observateurs avertis.

La communauté internationale a le devoir d’éviter le scénario traumatisant de 2005 qui a marqué l’avènement de Faure Gnassingbé au pouvoir avec près de1000 morts.

Le contexte  international recommande au Togo qui reste une singularité anti démocratique de se conformer aux standards en permettant au souverain peuple de s’exprimer en toute liberté et que la vérité des urnes soit enfin une réalité au Togo.

Par ailleurs, le pouvoir de Faure Gnassingbé fait face à un mécontentement qui se généralise.

Grève dans la fonction publique, mécontentement du personnel de la santé, la plateforme contre la vie compte intensifier le mot d’ordre de boycott de certains produits et bien d’autres fronts qui s’ouvrent au quotidien avec des agents licenciés, les litiges fonciers, l’insécurité grandissante avec les braquages de jour comme de nuit. « Faure Gnassingbé a montré ses limites et devait passer la main s’il est intelligent », soutient un sympathisant de la plateforme contre la vie chère.

 

 


Actions

Information

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :