Fadel Barro à Lomé, fiche portrait du journal français  »Libération » sur l’un des ténors du mouvement y en a marre au Sénégal

14 01 2015
F.Barro

F.Barro

Tout a commencé dans le noir, lors d’un énième délestage à Dakar. «A l’époque, les coupures d’électricité pouvaient durer vingt heures», se souvient Fadel Barro. Cette nuit-là, dans son appartement des Parcelles assainies, banlieue de la capitale sénégalaise, le ras-le-bol s’exprime. Abdoulaye Wade, le président de l’époque, «qui a bousillé le contrat social», en prend pour son grade. «L’opposition inaudible, le sous-développement qui pousse les jeunes à partir sur des pirogues pour périr en mer, les projets démesurés du pouvoir comme le Monument de la renaissance africaine», tout y passe.

L’exacerbation n’est pas neuve. Elle est le fruit d’une «longue sédimentation de frustrations», souligne l’ex-journaliste de la Gazette qui comprend, ce 15 janvier 2011, qu’«écrire ne suffit plus». Réunis autour d’une bougie, étudiants, journalistes et rappeurs – ceux du groupe Keurgui – n’épargnent personne. Pas même «la jeunesse sénégalaise, complice par passivité». Jusqu’à décider, à 4 heures du matin, de partir au front. Lire le reste de cette entrée »





Le Togo sens dessus dessous.

14 01 2015

Toujours se répète l’histoire, lorsque l’on tente de l’ignorer. Au Togo, tout un pays est à l’envers parce qu’une marée montante de déraison et de dissimulation renverse tout sur son passage, incapable d’admettre que le Peuple puisse avoir son mot à dire dans des élections crédibles, par référendum ou même sur son propre avenir dans des négociations, des commissions et des consultations à l’échelle nationale. Petit rappel pour politiciens aventureux togolais : vous êtes arrivés trop tard dans un monde trop vieux qui en a vu bien d’autres. Sans une Constitution respectable et respectée, la Liberté ne fatiguera jamais votre Peuple. Car, la démocratie c’est du respect, de la dignité et de la prospérité. Et, tout Peuple sans démocratie est Charlie : impertinent, incontrôlable et indestructible.

Dans un déchaînement toujours orchestré, ce que l’on entend actuellement est que tout va si bien au Togo, de père en fils, que ce sont les adeptes du changement du Régine politique, les méchants assoiffés de l’alternance politique, qui perturbent la tranquillité nationale de l’Ancien régime, vieux de seulement cinquante ans, et dont la Constitution elle-même ne prévoit aucune fin par ailleurs. Eh bien, c’est une stratégie connue et éprouvée; elle est désuète cependant, heureusement, cette fausse théorie du ruissellement de la démocratie, si et seulement si, le Peuple sait se tenir tranquille et attend la magnanimité du bon prince le moment opportun. Lire le reste de cette entrée »