Togo, 10 ans après le décès d’Eyadema, le, « lui c’est lui, moi c’est moi » de Faure, un vrai canular.

5 02 2015

eyademaLe 05 février 2005 a été annoncée au peuple togolais, la ‘’catastrophe nationale’’, le décès de Gnassingbé Eyadema, par le premier ministre d’alors Koffi Sama. Le Togo venait d’être frappé par une ‘’catastrophe nationale’’. On aurait cru un tsunami, pour les adeptes du clan ça l’était, ils ont paniqué et ont pris peur de la fin du régime et des privilèges. Koffi Sama pleurait- il Eyadema ou la fin du règne ? Difficile de le savoir. Une chose est sûre, 10 ans après le départ de celui qui se croyait immortel, la citadelle Rpt, devenue Unir reste en place. Le fils du père qui soutenait être différent de son géniteur et se faisait appeler un homme nouveau avec un esprit nouveau a fait pire que papa, que du bluff de la part de Gnassingbé Faure.

Le ‘’sergent-général’’,  a régné sur le Togo 38 ans durant, en chef de village, il a géré le Togo telle une épicerie sans aucune règle, sans aucun respect pour la dignité et la vie humaine surtout pour ceux qui n’étaient pas du clan ou ne l’approuvaient. Un régime de terreur en somme avec comme règle, ‘’la loi du plus fort est toujours la meilleure’’. Ce n’est qu’après le vent du 05 octobre 1990 et l’avènement du multipartisme que l’étau s’est desserré un tout petit peu, mais le régime d’Eyadema malgré les tempêtes est resté l’un des plus féroces du noir continent. Lire le reste de cette entrée »