Togo le front social, bouillonne, Faure Gnassingbé risque d’être débordé.

10 02 2015

fsLe régime togolais cinquantenaire, passé maitre dans l’art de tourner en bourrique la classe politique de l’opposition fait face à un front social de plus en en colère et mieux organisé. Débrayage, sit-in, manifestation, tous les moyens sont bons pour réclamer de meilleures conditions de vies et de travail.

Depuis plus de deux ans au moins, la Synergie des travailleurs du Togo (STT) a insufflé la dynamique par sa constance et cohérence. Sa stratégie, la démocrate directe qui consiste  à interroger  la base par le biais des assemblées générales sur  ce qu’elle espère et comment l’obtenir des gouvernants. Les responsables de la STT, ne sont donc que des porte-paroles et servent de lien entre le gouvernement et les travailleurs.

La STT, devenue une centrale syndicale va sans doute mieux s’organiser et mettre les autres syndicats devant leur responsabilité. Ces autres syndicats ont le choix de reprendre à bras le corps les problèmes des travailleurs ou de disparaître à force de garder silence face à la situation préoccupante des syndiqués.

La STT lance à cet effet, trois jours de grève dans la fonction publique d’abord pour protester contre les propos orduriers du premier ministre, Arthème Ahumey Zunu  à l’endroit des fonctionnaires notamment le corps médical et pour exiger la satisfaction des autres points contenus dans la plateforme notamment le redressement de la grille indiciaire. Trois jours de grève sans aucun service minimum dans les centres hospitaliers. Le porte-parole de la STT, Gilbert Tsolenyanu, affirme qu’il faut supprimer les évacuations sanitaires de certaines personnalités qui vont se soigner à l’extérieur pour que l’état équipe les hôpitaux qui manquent de tout.

Autre front chaud, les employés de la Compagnie Energie Electrique du Togo (CEET)  sont rentrés dans la danse ce lundi, impossible pour les consommateurs de payer leur facture d’électricité. Chaude ambiance, l’envoyé du ministre de l’énergie  a été chassé de même que monsieur  Foli Bazi katari, président du conseil d’administration de la compagnie.

Les  employés réclament fondamentalement à être mieux traités, revendications qui datent de 2004. A ce jour, le Togo par le biais de la CEET paye près de  16 milliards à contour global, l’un des fournisseurs de courant électrique au Togo il est anormal que les employés de la CEET soient moins rémunérés que les employés de contour global.

Une situation qui fait réagir la plateforme contre la vie chère. Dans une déclaration, la plateforme tout en soutenant les revendications des employés de la CEET, « exhorte la Direction Générale de la CEET à prendre des dispositions afin d’éviter que les consommateurs, qui devaient impérativement payer leurs consommations depuis le 7 févier 2015, ne subissent les conséquences de cette grève. Par ailleurs, la plateforme demande, que les coupures d’énergie électrique programmées au cours de cette période de grève soient annulées ; aux consommateurs qui verront leurs fournitures d’énergie coupées pour cause de retard de paiement de leur consommation du mois de décembre, de s’abstenir de payer les frais de coupure occasionnés à cette occasion ».

Dans le même registre, les transporteurs du sable marin sont descendus dans l’arène ce lundi par un sit-in empêché, avant d’être reçus plus tard par le ministre des mines. Chassés de la carrière de Lomé, ils réclament des moyens pour mener leurs activités à d’autres endroits dans des conditions acceptables.

Le Togo social bouillonne à petit feu, la mort la semaine dernière d’une employée de la société Nina, dans le secteur de la zone franche, reste une bombe à retardement, les centrales syndicales veulent rebondir la dessus pour réclamer un certain nombre de droits aux travailleurs de la zone franche, secteurs pilotés le plus souvent par des asiatiques, des indiens et autres  qui maltraitent la main d’œuvre locale souvent de connivence avec certains responsables nationaux.

Pendant que Faure Gnassingbé donne l’impression de jouer des partis politiques de l’opposition, le front social risque de devenir une arrête dans sa gorge si des mesures idoines ne sont prises pour satisfaire les revendications légitimes qui s’accumulent dans les différents secteurs.


Actions

Information

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :