SASSE Koffi Sylvain <>

11 02 2015

NOTEPHOTO 037Plus de trois mois après la première université populaire du CRD-TOGO et du Mouvement KEKELI (MK) à Bruxelles (Belgique) le 4 Octobre 2014, nous recevons notre compatriote Mr SASSE Koffi Sylvain, journaliste d’investigation-écrivain et initiateur du Projet PERITUS. Notre invité est Secrétaire général adjoint de l’Association de la presse panafricaine (APPA), et responsable de la ligue pontificale. Il est également le Coordinateur du réseau d’information catholique d’Afrique et du Proche Orient, Conseiller particulier chargé de la diplomatie du Coordinateur général du CRD-TOGO.

La politique internationale et nationale entre autres l’Euro, la Zone Franc, les confidences de Tony Blair et de François Hollande, les diagnostics de réformes politiques (DRP), les opérations << Boko François >> et << PORTO >>, les affaires du russe Youmachev-Poutine, du Général Béréna, de Bodjona, la présidentielle de 2015, la question de l’alternance, et autres. Ce sont là des sujets qui ont été abordés avec notre confrère. Voici en intégralité le contenu de cette interview qu’il a accordée à notre rédaction ce 6 Février 2014.

-Cher confrère le 22 janvier dernier, la banque centrale européenne a décidé de racheter les dettes publique et privée jusqu’à 60 milliards d’Euros à partir de mars 2015 à septembre 2016. Du coup, les rumeurs courent de nouveau sur une possible dévaluation du Franc CFA. Comme tu as investigué sur ce dossier, dans ton prochain livre en préparation intitulé << DSK : le survivant du Complot. Conspiration contre l’Europe et les monnaies satellites >>, ces rumeurs sont-elles fondées ?

SKS : Merci de m’avoir accordé cet entretien. Il ne s’agit pas de savoir si elles sont fondées ou pas. Mais quand est-ce que cela interviendra étant donné que la dévaluation d’une monnaie est une décision politique pour une monnaie nationale et géopolitique pour une monnaie commune à plusieurs pays.

-Mais pourquoi, elle tarde ?

SKS : Si la dévaluation du franc CFA n’est pas intervenue jusqu’à maintenant, c’est grâce en partie à la réactivité de la Banque centrale européenne (BCE) et du Conseil de l’UE, qui ont mis en place des Euro-bonds (Euro-obligations). Ceux-ci sont des obligations libellées en Euro au lendemain du complot contre l’ex directeur du FMI, Dominique Strauss Khan, et avaient pour but de permettre aux pays endettés comme la Grèce, l’Espagne, le Portugal, l’Ireland et l’Italie de se financer dans les meilleures conditions sur le marché. C’est cela qui a permis de retarder cette décision politique de l’UE envers la Zone Franc. A cela s’ajoutent deux autres raisons. Lire le reste de cette entrée »