Togo, les représentants du CAP 2015 à la Céni se désolidarisent du chronogramme du scrutin présidentiel.

12 02 2015

cénDans un courrier daté du 12 février 2015, les représentants des partis membres du CAP 2015 à la commission électorale nationale indépendante, Céni, en occurrence l’ANC, la CDPA et le PSR, ‘’s’appuyant sur l’article 61 de la constitution togolaise et sur la déclaration du 02 février de la cour constitutionnelle déclare que la Céni n’est plus habilitée à proposer une date pour la tenue du scrutin présidentiel’’, peut-on lire dans la correspondance adressée à monsieur Taffa Tabiou, président de la Céni . A cet effet, les signataires de ladite  lettre se désolidarisent de la suite du chronogramme établi le 11 février par la Céni, fixant la date du scrutin au 21 avril 2015, poursuivent les représentants du CAP à la Céni qui demandent à la classe politique de rechercher par voie consensuelle une date pour le prochain scrutin.

Face aux irrégularités qui entachent le travail de la Céni, notamment dans la phase des révisions électorales où de sources proches de la Céni soutiennent que le désordre est tel qu’à ce jour la Céni  peine à intégrer les données issues de la pseudo révision électorale dans la zone 1. Les opérateurs de certains  centres affirment avoir envoyé les données par la poste. Données que la Céni n’a pas encore retrouvées.

De plus en plus de voix s’élèvent et s’interrogent sur la présence des représentants de l’opposition au sein d’une Céni sens dessus dessous. Ces représentants de l’opposition sont dans une position de victimes et d’otages consentants.

Par ailleurs, de sources concordantes, monsieur Sébabi Boutchou président de la sous-commission en charge entre autre du fichier électoral ne sert que d’écran. Un proche du pouvoir est le réel patron de ce département véritable épine dorsale de tout le processus. A cet effet, la clé qui donne accès à la salle informatique est gardée par ce proche du pouvoir, sans lui monsieur Sébabi ne peut faire grand-chose. Le fait que le ministre Gilbert Bawara, chante au comité de suivi que c’est un opposant qui gère le fichier électoral est une ironie de mauvais aloi et une façon de se servir de l’opposition pour consacrer et légitimer la mascarade électorale en perspective.

C’est dans ces conditions que la prochaine élection présidentielle se prépare dans un flou dégoûtant  comme le régime cinquantenaire aime brouiller les pistes, embrouiller tout le monde et proclamer au bout du compte le champion du clan,  vainqueur.

Affaire à suivre.

 


Actions

Information

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :