Dossier kpatcha Gnassingbé, le groupe de travail sur la détention arbitraire envisage une visite au Togo.

19 02 2015

détDepuis novembre que le groupe de travail sur la détention arbitraire, basé à Genève  s’est penché sur le cas kpatcha Gnassingbé et co-accusés,  a conclu que les détenus sont en détention arbitraire et exige leur libération immédiate, l’état togolais garde un silence qui surprend Genève.

Le groupe de travail qui ne sait peut-être pas que le Togo de Faure Gnassingbé ne respecte rien et reste un pays hors la loi malgré la ratification de tous les textes et conventions des Nations-Unies en matière de respect des droits humains ne comprend pas la non-exécution de sa décision. Le groupe de travail a d’ailleurs rappelé au Togo qu’il a l’obligation de ne pas violé les chartes  auxquelles le pays est partie. Lire le reste de cette entrée »





Togo, le Cacit et la Pcjv appellent à la rapide réalisation des réformes politiques avant toute élection.

19 02 2015

cacLe  document baptisé, ‘’manifeste citoyen pour l’apaisement de la situation socio politique lors du processus électoral de 2015’’ est  rendu public le Collectif des associations contre l’impunité au Togo (Cacit) et la Plateforme citoyenne justice et vérité (Pcjv). Ces deux entités sont inquiètent de la détérioration du climat socio politique à la veille du scrutin présidentiel et appellent à l’adoption dans les plus brefs délais des réformes politiques avant la tenue de toute élection.

Déjà en juillet 2014, la Pcjv avait appelé la classe politique à travers un mémorandum à la réalisation des réformes politiques et institutionnelles, aucune suite n’a été réservée à cet appel.

plateformePour le Cacit et la Pcjv, ‘’il est urgent que le gouvernement prenne des mesures d’apaisement de la vie politique. Il urge surtout qu’un consensus minimal entre la majorité au pouvoir et l’opposition sur les questions liées à la limitation du mandat présidentiel, au mode de scrutin et aux conditions de la tenue du scrutin présidentiel soit adopté avant la tenue effective de l’élection présidentielle’’. Peut-on lire dans le manifeste.

Le Cacit et la Pcjv invoquent plusieurs raisons pour justifier ce dernier rappel à l’ordre :

L’unanimité qui est faite autour de la question des réformes, autant les représentations diplomatiques, les religieux, les acteurs politiques de tout bord expriment leur volonté de voir  les réformes se faire conformément aux recommandations de l’Accord politique global  et de la Commission vérité justice et réconciliation, sans oublié le sondage de l’afro baromètre qui affirme que 78% des togolais veulent l’adoption de ces réformes. Lire le reste de cette entrée »





FAURE GNASSINGBÉ DOIT ALLER SEUL AUX ÉLECTIONS PRÉSIDENTIELLES : L’absence d’unité des forces de l’alternance est une trahison du peuple.

19 02 2015

cvuCVU-Togo-Diaspora, ANALYSE DU 17 FÉVRIER 2015

Faure Gnassingbé, est le Président sortant du Togo, qui finit d’exécuter son deuxième mandat de cinq ans selon les termes d’une contrevérité des urnes avalisée  par des militaires non républicains et certaines puissances occidentales et africaines. Sa famille est à la tête du Togo depuis 1967 et lui-même depuis 2005. Selon la Constitution de 1992 adoptée par référendum, il doit partir en mars 2015. Mais selon les multiples amendements que sa famille politique RPT/UNIR a apportés à la Constitution de 1992, il s’est octroyé – sans l’aval du peuple togolais, la possibilité, par la force et l’usurpation -, le droit de ne pas faire d’élections communales, d’empêcher le droit de vote de la Diaspora, et de considérer que les 10 ans passés à la tête du Togo comptent pour du beurre de karité, puisqu’il estime qu’il a le droit de se représenter pour au moins 10 nouvelles années. Ceci, sur la base d’élections à un tour dont la proclamation des résultats, organisée de manière unilatérale, dépend entièrement de lui et de ses affidés militaires, juges et médias non républicains.

  1. UN BLANC TRITURE LA CONSTITUTION TOGOLAISE

Lire le reste de cette entrée »