Alioune Tine : « il y a des gens qui meurent en détention sous le fait de la torture au Togo ».

8 03 2015

alA l’occasion du dernier rapport d’Amnesty international, le représentant de l’association internationale Alioune Tine était aux micros de Radio france internationale. Lecture !

Rfi : Ces dernières années est-ce que les droits de l’homme ont avancé ou reculé en Afrique?

AT : Il  faut plutôt dire qu’il y a beaucoup de tensions, beaucoup de conflits en Afrique qui sont des facteurs de violations massives des droits de l’homme et ces de nouvelles menaces qui les états ne sont pas bien préparés et n’ont pas donné des réponses efficaces pour défendre les populations civiles de façon globale.

Rfi : vous pointez un certain nombre de pays d’Afrique centrale et d’Afrique de l’ouest, au Congo Kinshasa vous dites que l’impunité reste quasiment totale en faveur des forces armées et des forces de police ?

AT : tout à fait parce que les manifestations sont réprimées avec violence sans discernement souvent et où on a eu des morts surtout à l’occasion de projet de révision constitutionnelle, il y a également a torture qui est également pratiqué. Ce qu’on note souvent c’est que les tortionnaire ne sont jamais punis mais la pire des choses c’est ce qui se passe dans la région du Katanga, au nord vu où nous avons des groupes armés qui massacrent des populations. Lire le reste de cette entrée »





Amnesty international épingle le Togo dans un nouveau rapport.

8 03 2015

amnLe rapport concerne la période 2013-2014 et aborde les questions de tortures, de l’usage excessif de la force par les forces de l’ordre, de décès en détention, de même que les conditions de détentions sans oublier l’épineuse question de l’impunité dont le gouvernement se fait le garant.

Sur le volet de la torture, l’organisation internationale déplore que le gouvernement rechigne à ouvrir des enquêtes sur les allégations de tortures notamment dans le dossier des incendies des marchés de kara et de Lomé. Le cas de monsieur Etienne Yakanou mort en détention dans ce dossier préoccupe Amnesty qui précise qu’il y a d’autres cas de décès en détention.

Amesty dénonce dans son rapport l’usage excessif de la force dans l’affaire de trafic de carburant frelaté ou illicite avec la mort de monsieur koumako atteint par balles lors d’une descente musclée des forces de l’ordre appuyées par les militaires. Lire le reste de cette entrée »