Togo, que nous rapporte notre phosphate ?

9 03 2015

phosphateEn 1952, les premières recherches de phosphate au TOGO aboutirent à la découverte d’un gisement sédimentaire étendu, relativement important et d’une qualité exceptionnelle. La production annuelle en phosphate marchand est passée de 119 500 tonnes en 1961 à 2 932 800 tonnes en 1980 et à 3 280 000 tonnes et 3 390 000 tonnes respectivement en 1988 et en 1989. La capacité des installations dont disposait l’Office Togolais des Phosphates (OTP), aurait dû permettre une production annuelle moyenne en phosphate marchand, voisine de 3 300 000 tonnes. Fer de lance de l’économie togolaise dans les années 1970, les phosphates sont passés dans la zone rouge depuis la fin des années 1980 et n’en sont jamais sortis. En témoigne il y a quelques années, les déclarations du Ministre Dammipi devant l’Assemblée Nationale Togolaise mentionnant que, l’OTP ne tenait plus de comptabilité depuis une dizaine d’année.

Rappelons que l’extraction du phosphate togolais et sa commercialisation ont commencé en 1957 par la Compagnie Togolaise des Mines du Bénin (CTMB). La CTMB, dont l’État togolais détenait 35% du capital, sera nationalisée en 1974 avec la création de l’Office Togolais des Phosphates (OTP). En 2002, l’OTP deviendra l’International Fertilizer Group, (IFG-Togo) avec la participation des partenaires tunisiens au capital dont la dotation a été porté à 9 milliards de FCFA.

Le 14 mai 2007, le gouvernement togolais va dissoudre IFG-TOGO et créer la Société Nouvelle des Phosphates du Togo (SNPT). Lire le reste de cette entrée »





Quatre raisons qui hypothèquent l’émergence du Togo à l’horizon 2030.

9 03 2015

noubLe refrain est désormais le même au niveau des gouvernants dans certains pays africains: « nos pays doivent émerger à l’horizon 2020 ou 2030 ou 2040 etc ». Après le terme consacré de « pays en voie de développement » qui a remplacé « pays sous développé ou pays pauvres », nos Chefs d’Etat viennent de trouver une nouvelle formule qui tend à faire croire que nous sommes en train de rentrer dans la modernité.

Qu’il s’agisse de la Cote d’Ivoire « émergence en 2020 », du Tchad « émergence en 2035 », du Sénégal « émergence en 2035 » ou du Togo « émergence en 2030 », le discours est le même sauf que les chiffres sont réels et montrent le contraire. Le discours fait son petit bonhomme de chemin au Togo avec un projet d’élaboration d’un document cadre sous la bannière d’une « Vision Togo 2030 ». On constate une forte médiatisation autour de la question et les promoteurs essayent par tous les moyens possibles de convaincre l’opinion. Nous attendons impatiemment ce document cadre afin de nous enquérir de son contenu. Lire le reste de cette entrée »





De l’obligation pour la communauté internationale de respecter le combat du peuple togolais : Un diplomate en poste au Togo soutien que ‘’Faure président en 2015 est une certitude’’.

9 03 2015

commLe Togo reste visiblement atypique aux yeux de ceux qui se font le chantre du respect des droits de l’homme, des valeurs universelles et des idéaux démocratiques. La fameuse communauté internationale reste sélective et choisit les pays du noir continent à qu’il faut porter secours et assistance face à des régimes de non droit. mais le Togo ne figure pas sur cette liste  de peuple en danger malgré les 50 ans de dictature labellisée en démocratie depuis un peu plus de 20 ans que les peuples d’Afrique à la faveur du discours de la baule ont voulu mettre fin aux partis uniques et au pouvoir unique avec des successions dynastiques par endroits.

Les représentants de cette communauté internationale au Togo donnent l’impression de militer in fine dans le parti au pouvoir. De sources concordantes un diplomate en poste au Togo a tenu des propos à la limite de la provocation à l’endroit du peuple togolais en lutte depuis plusieurs décennies. Lire le reste de cette entrée »





ELECTIONS TOGOLAISES : FALSIFICATION, RAPPORT DE FORCES ET TRANSITION ? Il appartient au Peuple Togolais de choisir !

9 03 2015

cvuNous y voici ! Le Congrès d’UNIR qui a désigné ce 25 février Faure Gnassingbé comme son candidat à l’élection présidentielle 2015, était censé donner un regain d’intérêt au processus électoral. Or, il n’en est rien. Les dés sont désormais jetés. Ils vont rouler le temps de la campagne électorale. Sauf imprévu intermédiaire dans le parcours présidentiel parfaitement balisé, de nombreux indices concordants, semblent indiquer, qu’à la fin de leur course, les dés indiqueront le numéro  de candidat déclaré au scrutin attribué à Faure Gnassingbé, sur le tapis vert de la table des délibérations de la Cour Constitutionnelle, pour la proclamation des résultats définitifs.

1-      UNE « DRAMATURGIE » ELECTORALE PARFAITEMENT SCENARISEE  PAR LE POUVOIR !

Depuis un an, tout ou presque a été dit ou écrit, sur l’inadaptation des institutions et leur incapacité à garantir la transparence électorale. La préparation bancale de ce scrutin, semble prouver que, pas plus aujourd’hui qu’au cours des quarante dernières années, les conditions de  la transparence ne seront pas assurées le 15 avril 2015. Lire le reste de cette entrée »





L’église catholique du Burundi montre la voie à celle du Togo.

9 03 2015

burL’église catholique du Burundi sans langue de bois se prononce clairement contre un 3èm mandat de Nkurunziza pendant que son homologue du Togo appelle à des élections apaisées et à des séances de jeunes et prières. Cette déclaration des évêques de Burundi est publiée en début de soirée ce vendredi, les huit évêques du Burundi sont contre un troisième mandat de l’actuel chef de l’état qui a des velléités de rempiler.

La déclaration en Burundi est élaborée en 12 points qui rappellent au président Nkurunziza que les burundais ont dit « que celui qui est élu peut être chef de l’état du Burundi, qui qu’il soit ne peut dépasser deux mandats de 5 ans ».

Il  semble que comme l’église du Togo, celle du Burundi est connue pour son silence et son langage diplomatique. Mais cette fois et de façon claire elle rappelle le président en exercice au respect de la volonté des burundais contenue dans la loi fondamentale. Lire le reste de cette entrée »