Présidentielle 2015, la Cedeao se moque des togolais en préconisant un report de 10 jours.

25 03 2015

jmEn visite éclair au Togo ce mardi, le président ghanéen John Mahama Dramani a rencontré les 05 candidats en course pour la mascarade aux résultats connus d’avril prochain. Le grand démocrate ghanéen qui sait ce que c’est que d’organiser une élection transparente et démocratique face à la dictature héréditaire du Togo et au nom de on ne sait quoi n’a pu préconiser que 10 jours de report. Dix jours  qui ne peuvent avoir aucun effet significatif sur les fraudes auxquelles s’attèlent le pouvoir togolais de connivence passive avec une opposition qui fait de la figuration dans une commission électorale dite indépendante.

L’histoire électorale du Ghana est empreinte d’enseignements et de fierté pour le noir continent. John Mahama venu au pouvoir à la faveur d’un scrutin démocratique sur la base d’un fichier propre en sa qualité de président de la Cedeao vient encourager une dictature implacable en se fendant d’une proposition de 10 jours de report prenant des togolais pour des cancres. Lire le reste de cette entrée »





Présidentielle 2015, Synergie-Togo dénonce un processus unilatéral et verrouillé.

23 03 2015

brDans un communiqué, l’association que préside Brigitte Améganvi est préoccupée de la tenue du scrutin présidentiel du 15 avril 2015 en l’absence de réformes politiques pouvant garantir un tant soi- peu la transparence et l’équité du processus électoral.

Synergie s’étonne que malgré  ‘’les multiples alertes relatives aux irrégularités et dysfonctionnements qui entachent le processus préparatoire en cours, une élection présidentielle se tiendra au Togo dans moins d’un mois, conformément aux annonces faites par la Cour constitutionnelle et la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI)’’. Lire le reste de cette entrée »





Présidentielles de 2015, l’opposition et les « réformes »

23 03 2015

guLa CDPA-BT estime que le problème des « réformes » de même que celui du fichier électoral ne se posent que parce que  l’opposition est faible et ne peut rien imposer au régime. On retrouve inexorablement la question du rapport des forces et la nécessité de le modifier en faveur de l’opposition .Mais l’opposition ne peut renverser le rapport de forces en sa faveur qu’en changeant la politique d’opposition conduite jusqu’à présent par les partis du courant majoritaire…..

Le problème des « réformes » est fondamental à plus d’un titre. Réforme des institutions en vigueur s’entend. En réalité, pour l’opposition, il ne devrait pas s’agir de « réformer » des institutions antidémocratiques créées par le régime pour se pérenniser, mais bien d’imaginer et de créer des institutions démocratiques de nature à favoriser le progrès du pays et la transformation des conditions de vie des masses populaires.

Création donc d’une nouvelle constitution à la place de la constitution de 2002 ; création d’un nouveau système électoral ; gestion de ce système par un organe technique capable de résister aux pressions politiques ; création d’une nouvelle institution chargée de remplir les fonctions d’une Cour constitutionnelle au profit du peuple et soumise au contrôle du peuple ; création d’une nouvelle institution conçue pour ne pas faire ce que fait la HAAC est créée pour faire…

Il faut certainement aller plus loin : Créer une administration publique nouvelle qui ne soit plus un instrument au service d’un pouvoir et un lieu privilégié de manifestation de la corruption, du régionalisme, du tribalisme, du népotisme. Imaginer et créer une armée et une force de sécurité publique républicaines. Mais il faudra aller encore bien plus loin : redéfinir les rapports Etat/Population de manière à préserver cette dernière des injustices, des exactions, des abus de pouvoir, des tracasseries de toutes sortes dont les hommes et les femmes sont si souvent les victimes… Lire le reste de cette entrée »





Togo, présidentielle 2015, le processus électoral selon les règles de la dictature cinquantenaire. Sauf miracle les mêmes causes produiront les mêmes effets.

22 03 2015

fgDepuis le début du processus démocratique au Togo, les élections se passent et se ressemblent avec le même camp au pouvoir qui se fait proclamer à chaque scrutin, vidant ainsi de son essence et sens le mode démocratique dévolu aux nations de choisir en toute liberté leur dirigeant. Les élections au Togo sont devenues un moment d’escroquerie politique pour le pouvoir qui a su choisir son opposition avec  laquelle de connivence ou non des jeux de rôles sont attribués et joués en parfaite symbiose pour le bonheur du clan au trône. Bientôt 50 ans que la tragicomédie dure sur ce rectangle de terre.

Comme par le passé et sans surprise aucune,  le Togo s’achemine vers des élections qui devront voir réélire frauduleusement le fils d’Eyadema pour un troisième quinquennat. L’opposition se contentera des scores que le régime voudra bien lui accorder.

Le processus électoral est devenu un cercle vicieux en quatre temps. Elections, contestations, répressions, concertations. Lire le reste de cette entrée »





Togo, la STT lance 05 jours de grève, pour faire entendre raison à un gouvernement autiste.

22 03 2015

sttIl  n’est un secret pour personne que le front social au pays de Faure Gnassingbé est plus qu’en ébullition et tout dirigeant soucieux de la stabilité de son pays surtout à quelques jours d’une mascarade électorale où tout est possible s’activerait à trouver solutions aux doléances tout à fait légitimes des travailleurs togolais.

Faure Gnassingbé et son équipe gouvernementale préfèrent montrer les muscles, menacer, intimider ceux qui par leur sueur font vivre chichement la minorité qui s’est accaparée de tous les bens de tous les citoyens. En assemblée générale ce vendredi, la synergie des travailleurs du Togo ne compte céder à aucune pression de la part d’un gouvernement incapable de faire preuve de responsabilité.

Le menu pour la semaine prochaine reste corser. 05 jours de grèves. Le gouvernement togolais a le don de radicaliser les citoyens. La STT est chauffée à blanc et va monter la pression si les revendications ne sont pas satisfaites. Lire le reste de cette entrée »





Présidentielle 2015 au Togo, les représentants diplomatiques ‘’voteraient’’ Faure Gnassingbé.

22 03 2015

5De sources concordantes, si  les représentants de la communauté internationale étaient citoyens togolais ils voteraient volontiers pour la dictature cinquantenaire incarnée par Faure Gnassingbé.

Après 10  ans de pouvoir, le fils d‘Eyadema venu au trône à la faveur d’un pseudo génocide refuse toujours de faire doter le Togo  d’un cadre normatif pouvant permettre qu’aucun citoyen ne puisse s’éterniser au pouvoir.

Le Togo qui reste une curiosité au monde, avec  un pouvoir dynastique aux mains d’un clan et d’une fratrie continue de faire croire à une certaine communauté internationale que ce lopin de pays est une république en apprentissage démocratique. Comment une dictature peut se définir en démocratie ? Seule la communauté internationale en a le secret. Lire le reste de cette entrée »





TOGO : ELECTIONS SANS TRANSITION OU TRANSITION SANS ELECTIONS

18 03 2015

mazoIl faut savoir qu’une révision des listes électorales à moins de quatre semaines du lancement de la campagne électorale pour les élections présidentielles au Togo (fixée actuellement au 15 avril 2015) est une gageure. Cela témoigne de la capacité de Faure Gnassingbé d’utiliser la recherche du « dialogue » sans résultats tangibles comme une méthode dilatoire pour mieux endormir ceux au Togo qui ne cessent de croire que « cela ira mieux » sans un rapport d’influence inversé. Alors si cette révision des listes électorales devait se faire unilatéralement sans qu’en même temps, des élections à deux tours ne soient autorisées comme le prévoyait la Constitution de 1992 adoptée par référendum par le Peuple togolais, aucune personne sérieuse ne peut croire que les prochaines élections présidentielles togolaises, -déjà entachées d’irrégularités constitutionnelles-, ne se solderont pas par une élection de plus fondée sur la contrevérité des urnes.

Le système de fraude électorale électronique ainsi que l’actuelle liste électorale bourrée de doublons et non-vérifiable par des tiers indépendants permettent la victoire de Faure Gnassingbé dès lors que les tenants de l’alternance ne sont pas unis comme le demande le peuple. Aussi, aucun des « vrais » tenants de l’alternance politique au Togo ne doit accepter une réformette au rabais et minimaliste des réformes constitutionnelles non réalisées par Faure Gnassingbé depuis la signature par les partis politiques d’un Accord politique global (APG) à Lomé le 20 août 2006. Alors, que faire une fois que la contrevérité des urnes aura été consommée ?

ELECTIONS PRÉSIDENTIELLES ET PERIODE POSTELECTORALE : QUE FAIRE ? Lire le reste de cette entrée »