Togo, Faure Gnassingbé chez Sassou N’Guesso pour lui réitérer sa gratitude.

22 05 2015
une photo de journal Brazza

une photo de journal Brazza

L’information est révélée par le très introduit journal dans les palais présidentiel, La Lettre du Continent. Faure Gnassingbé dans sa logique de conservation de pouvoir envers et contre tout état au Congo Brazza chez son homologue qui fait beaucoup plus office d’un père adoptif, Dénis Sassou N’Guesso.

Le 15 mai 2015, Faure Gnassingbé qui mérite un prix Nobel en mascarade électorale état reçu par le numéro un de Congo Brazza lui-même membre du ‘’club’’ des chefs d’états qui ne veulent pas de limitation de mandat présidentiel.

‘’Faure remercie Sassou’’, met en titre la Lettre du Continent numéro 706 du 20 mai 2015. Le journal nous informe que c’est dans son fief natal d’Oyo au nord du pays que le président N’Guesso a reçu Faure Gnassingbé.  La dernière ‘’mascarade électorale’’ au Togo est le sujet principal de cet entretien. Lire le reste de cette entrée »





Togo et ses mascarades électorales, le fruit est présentable mais l’intérieur est pourri.

22 05 2015

serment faureLes conditions actuelles d’organisation des élections au Togo ne permettront certainement pas une possibilité de victoire de l’opposition. Aucune alternance n’est donc possible. Et ce pour plusieurs raisons.

Le contexte dans lequel ces élections sont à chaque fois organisées est totalement vicié et à l’avantage du régime cinquantenaire au pouvoir.

Sur le plan institutionnel, la cour constitutionnelle composée de 9 personnes est l’organe suprême de recours en cas de contentieux et de proclamation des résultats définitifs. De par sa composition inéquitable cette cour  est un instrument au service de l’exécutif. Deux petits exemples parmi tant d’autres pour l’illustrer :

En 2013 lors de l’élection législative, la Cour constitutionnelle valide une liste du parti au pouvoir contenant le nom du président en exercice d’un autre parti politique. Ce qui est contraire à la loi. Lire le reste de cette entrée »





Togo, libération de Pascal Bodjona et de kpatcha Gnassingbé, Faure Gnassingbé fait la sourde oreille.

22 05 2015

pbgLa cour de la CEDEAO a finalement délibéré à son siège à Abuja au Nigéria, dans le fameux dossier dit d’escroquerie internationale notamment le chapitre  Pascal Bodjona. Quelques mois plus tôt c’est le groupe de travail sur la détention arbitraire des Nations Unies qui a demandé la libération immédiate de kpatcha Gnassingbé pour détention arbitraire. Depuis lors, c’est silence radio du côté du palais de la marina.

Pour une énième fois, le Togo s’est ridiculisé. L’état du Togo est sommé de procéder à la libération immédiate de l’ancien directeur de cabinet de monsieur Faure Gnassingbé, Pascal Bodjona, rentré en disgrâce pour des mobiles obscurs.

En plus de la libération immédiate, la cour condamne l’état du Togo à ses dépens et demande que le ministre Bodjona soit dédommagé à hauteur de 18 millions de FCFA au titre de dommages et intérêts. De sources proches du dossier, le montant du dédommagement qui est en deçà de ce que les avocats du ministre ‘’grand format’’ ont exigé au regard des préjudices subis. La cour de la CEDEAO se serait basée sur la jurisprudence créée, par le dossier kpatcha Gnassingbé où  les victimes de la torture ont été dédommagées à hauteur de 20 millions. Pascal Bodjona s’en sort avec 18 millions. Une de ses proches nous confiera : « l’essentiel c’est que Pascal recouvre sa liberté pour s’occuper de sa famille. Le reste n’a pas d’importance ». Lire le reste de cette entrée »