Togo, Aboudou Assouma, le président de la cour constitutionnelle prend parti pour Faure Gnassingbé avant les élections.

10 10 2014
A.Assouma

A.Assoumaum

Alors même que la question des réformes institutionnelles et constitutionnelles  refait surface depuis la déclaration des églises du Togo invitant les acteurs politiques à s’y pencher conformément à l’Accord Politiques Global et aux recommandations de la Commission Vérité Justice et Réconciliation,  le président de la cour constitutionnelle sensée affichée une certaine neutralité rassurante vis-à-vis du processus électoral et des éventuels candidats prend fait et cause pour le pouvoir de Faure Gnassingbé qui refuse de faire aboutir les réformes.

Aboudou Assouma,  ce n’est un secret pour personne n’a pas choisi son camp mais est du camp présidentiel et a toujours avalisé des élections tronquées et sanglantes au profit du candidat du parti au pouvoir depuis près d’un demi-siècle, notamment Gnassingbé père et fils. Il ne devrait pas changer d’attitude aux  élections présidentielles prochaines surtout qu’il a été reconduit dans ses fonctions de président de la cour constitutionnelle. Une reconduction pour laquelle il n’a pas manqué de remercier celui qu’il a proclamé président de la république pour la seconde fois en 2010 pour sa magnanimité et sa confiance renouvelée.

Même si ce n’est un  secret pour personne le président de la cour constitutionnelle a eu l’outrecuidance  d’aborder la question des réformes au travers d’une « interview maison » que lui a accordé le site ‘’vuvuzéliste’’ du  « togwana ».

Dans cet entretien totalement inopportun, l’ancien gendarme soutien que « la page des réformes est tournée depuis le 30 juin à la suite du rejet par l’Assemblée Nationale du projet de loi sur ces réformes. Les députés sont des élus du peuple, ils ont décidé en toute souveraineté. Tous les citoyens doivent se plier à ce choix opéré par les élus du peuple. La classe politique doit plutôt s’atteler aujourd’hui à une organisation apaisée de l’élection présidentielle de 2015 ». Lire le reste de cette entrée »