Assassinat de l’historien togolais Atsutse Agbobli, 06 ans après, les auteurs assurés d’une totale impunité.

15 08 2014
A. Agbobli

A. Agbobli

Le 15 aout 2008, le corps sans vie de l’historien politologue Atsutsè Agbobli a été retrouvé sur les plages de Lomé dans un piteux état. La dépouille selon la famille présentait en effet des blessures qui attestaient que l’illustre disparu a subi des sévices avant d’avoir rendu l’âme. Connu pour ses prises de positions contre le régime togolais qu’il combattait avec la vivacité de ses pensées, la mort tragique du politologue Agbobli reste mystérieuse et  non élucidée.

Les  déclarations  toutes contradictoires du régime togolais  à l’époque réfutaient la piste d’un odieux assassinat pour soutenir  plutôt celle d’une mort accidentelle. Pour une grande partie de l’opinion nationale surtout, cet homme politique comme d’autres a été froidement exécuté. Curieux, coupable mais prévisible  silence  du côté de Faure Gnassingbé et sbires qui ont pourtant promis toute la lumière sur cette tragique disparition.

Six ans après les togolais ne savent toujours pas ce qui est arrivé avec précision à ce politique aux analyses pointues.

La mort d’Atsutsè Agbobli reste une preuve tangible du règne de l’impunité sous Gnassingbé fils en dépit de rares discours mielleux dont le numéro un togolais se targue pour donner une nature humaine à son pouvoir qui en réalité n’éprouve aucune pitié à réduire Lire le reste de cette entrée »