Face à une justice aux ordres, Pascal Bodjona et ses conseils s’en remettent à la cour de justice de la CEDEAO.

4 09 2014

bodj cedeaoLe Togo connu pour ses institutions taillées sur mesure au service du seul « prince gouverneur » va s’illustrer une nouvelle et énième fois à la cour de justice de la CEDEAO.  Après Kpatcha Gnassingbé et Co accusés dans le ténébreux dossier d’atteinte contre la sureté intérieure de l’état, Bertin Agba pour torture dans le dossier dite d’escroquerie internationale, les militants de sursaut Togo pour torture, les victimes de 2005 pour crimes liés à l’accession de Faure Gnassingbé au pouvoir et la révocation irrégulière et illégale des députés apparentés ANC du parlement. Dans toutes ses affaires l’état togolais n’a remporté aucun procès, en revanche, le pouvoir de Faure Gnassingbé a essuyé de lamentables revers, condamné aux dépens et à dédommager avec des centaines de millions des citoyens dont les droits ont été violés. C’est au tour de Pascal Bodjona qui fait face depuis plus d’un an  à un  traquenard judiciaire assorti de toutes les incongruités, de saisir la cour de justice de  la CEDEAO pour violations de ses droits.

 De sources proches du conseil de l’ancien ministre de l’administration territoriale, Pascal Bodjona,  deux avocats, maitres Zeus Ajavon et Jil Benoit Afangbédji se sont envolés ce mercredi pour Abuja, où se trouve le siège de la cour de justice de CEDEAO.  Lire le reste de cette entrée »