FAURE GNASSINGBÉ DOIT ALLER SEUL AUX ÉLECTIONS PRÉSIDENTIELLES : L’absence d’unité des forces de l’alternance est une trahison du peuple.

19 02 2015

cvuCVU-Togo-Diaspora, ANALYSE DU 17 FÉVRIER 2015

Faure Gnassingbé, est le Président sortant du Togo, qui finit d’exécuter son deuxième mandat de cinq ans selon les termes d’une contrevérité des urnes avalisée  par des militaires non républicains et certaines puissances occidentales et africaines. Sa famille est à la tête du Togo depuis 1967 et lui-même depuis 2005. Selon la Constitution de 1992 adoptée par référendum, il doit partir en mars 2015. Mais selon les multiples amendements que sa famille politique RPT/UNIR a apportés à la Constitution de 1992, il s’est octroyé – sans l’aval du peuple togolais, la possibilité, par la force et l’usurpation -, le droit de ne pas faire d’élections communales, d’empêcher le droit de vote de la Diaspora, et de considérer que les 10 ans passés à la tête du Togo comptent pour du beurre de karité, puisqu’il estime qu’il a le droit de se représenter pour au moins 10 nouvelles années. Ceci, sur la base d’élections à un tour dont la proclamation des résultats, organisée de manière unilatérale, dépend entièrement de lui et de ses affidés militaires, juges et médias non républicains.

  1. UN BLANC TRITURE LA CONSTITUTION TOGOLAISE

Lire le reste de cette entrée »