Une semaine après les résultats définitifs des législatives, les députés togolais entrent en fonction.

23 08 2013

La mascarade électorale du 25 juillet 2013 est définitivement consommée. La 5èm législature de l’assemblée nationale est ouverte ce mardi 20 août 2013 au palais des congrès de Lomé, siège du parlement. C’est parti pour 2018 pour les 91 députés choisis selon la volonté du parti présidentiel UNIR qui s’est taillé la part du lion avec 62 sièges et distribués les places restantes au Collectif Sauvons le Togo, la Coalition Arc En Ciel, l’Union des Forces de Changement et le Mouvement Sursaut Togo avec respectivement 19, 06, 03 et 01 sièges.  A  cette toute première session de ce mardi quelques couacs et leçon sont à relever.

Au chapitre des incongruités, la présence des ministres encore en fonction à la session parlementaire. Pourtant  les textes de la République togolaise sont assez clairs, notamment le code électoral tripatouillé à volonté par le parlement sortant où la majorité taillée sur mesure revenait à la clique au pouvoir.  Dans le volet des incompatibilités, il est écrit noir sur blanc que le  mandat de député est incompatible avec  l’exercice de toute fonction publique et de tout emploi salarié.

Les ministres de Faure Gnassingbé n’en ont cure. Tous endimanchés, ils se sont pointés sans aucune honte à l’Assemblée Nationale en violation de la loi. Rien pourtant n’empêchait le plus Faure des togolais de faire démissionner son gouvernement lundi soir, la veille de la rentrée parlementaire, pour se conformer à la loi comme c’est de coutumes dans tous les pays mêmes anormaux comme le Togo. Lire le reste de cette entrée »