Grève des enseignants au Togo, le gouvernement préfère les intimations à la résolution des problèmes.

25 11 2013

Les enseignants lancent une nouvelle grève pour jeudi et vendredi prochains toujours pour réclamer de meilleures conditions de vie et de travail. Visiblement l’implication des députés togolais dans la crise n’a pas réglé grand-chose. Les syndicats des enseignants vont durcir le ton par une nouvelle grève de quarante huit heures. En attendant la grève,  Dapaong et Sokodé étaient en ébullition ce lundi. Malheureusement le pouvoir togolais fidèle à la stratégie de l’intimidation ne semble préoccuper par la résolution durable de cette crise qui secoue l’éducation depuis belle lurette.

Sokodé a connu une marche spontanée ce lundi. Les enseignants ont convoqué une assemblée générale pour définir les modalités d’une marche qu’ils projettent faire le mardi 26 novembre histoire de  se faire entendre d’un gouvernement qui joue au sourd-muet face aux revendications pourtant légitimes des acteurs de l’éducation. Comme le Togo et ses dirigeants savent bien le faire, le responsable syndicale de la zone, Monsieur Djakis  l’un des représentants des centrales syndicales et enseignant au lycée moderne de Sokodé est convoqué chez le préfet, non pour trouver un terrain d’entente mais pour l’intimider et empêcher par tous les moyens la tenue de la marche.  Lire le reste de cette entrée »