Togo, que nous rapporte notre phosphate ?

9 03 2015

phosphateEn 1952, les premières recherches de phosphate au TOGO aboutirent à la découverte d’un gisement sédimentaire étendu, relativement important et d’une qualité exceptionnelle. La production annuelle en phosphate marchand est passée de 119 500 tonnes en 1961 à 2 932 800 tonnes en 1980 et à 3 280 000 tonnes et 3 390 000 tonnes respectivement en 1988 et en 1989. La capacité des installations dont disposait l’Office Togolais des Phosphates (OTP), aurait dû permettre une production annuelle moyenne en phosphate marchand, voisine de 3 300 000 tonnes. Fer de lance de l’économie togolaise dans les années 1970, les phosphates sont passés dans la zone rouge depuis la fin des années 1980 et n’en sont jamais sortis. En témoigne il y a quelques années, les déclarations du Ministre Dammipi devant l’Assemblée Nationale Togolaise mentionnant que, l’OTP ne tenait plus de comptabilité depuis une dizaine d’année.

Rappelons que l’extraction du phosphate togolais et sa commercialisation ont commencé en 1957 par la Compagnie Togolaise des Mines du Bénin (CTMB). La CTMB, dont l’État togolais détenait 35% du capital, sera nationalisée en 1974 avec la création de l’Office Togolais des Phosphates (OTP). En 2002, l’OTP deviendra l’International Fertilizer Group, (IFG-Togo) avec la participation des partenaires tunisiens au capital dont la dotation a été porté à 9 milliards de FCFA.

Le 14 mai 2007, le gouvernement togolais va dissoudre IFG-TOGO et créer la Société Nouvelle des Phosphates du Togo (SNPT). Lire le reste de cette entrée »