La presse togolaise rend un dernier hommage à Radji Yèkini.

20 08 2010

Ils étaient tous là, tous les journalistes de la presse privée toutes catégories, toutes tendances. Malgré les divergences d’opinion ils étaient tous là pour s’incliner devant la mémoire de notre confrère et ami Radji Yèkini Faustin parti accidentellement.

La vie ne tien qu’à un fil. Elle ne vaut rien, mais rien ne la vaut. Deux heures de veillée qui doit permettre aux  journalistes de se rendre compte que nous faisons un métier à risque et ce dernier est permanent. 24h sur 24.

Radji est il mort accidentellement ou faudrait il voir la main de quelqu’un derrière. Une chose est certaine, cette disparition tragique est intervenue à un moment où les journalistes du moins ceux jugés critiques à l’endroit du pouvoir ont leur vie en danger. Lire le reste de cette entrée »