Le gouvernement togolais adopte le service minimum.

25 11 2013

Le Togo à la traîne dans la sous région, sur les plans politique et socio-économique ne fait qu’accentuer son déplorable retard de jour en jour. Depuis quatre semaines bientôt, le gouvernement togolais fonctionne sans un Premier Ministre. Ce dernier malade suit des « soins appropriés » en terre française. Aucune information pour situer l’opinion togolaise sur l’évolution de l’Etat de santé de Monsieur Arthème Séléagodji Ahumey Zunu, Chef de Gouvernement togolais. A l’heure où nous écrivons, le Togo n’a pas de Premier Ministre, ni de Ministre de la Santé, encore moins de Président de la Délégation Spéciale de la commune de Lomé qui fait office de Maire,  lui aussi absent du pays pour se faire soigner à l’extérieur, le port autonome de Lomé fonctionne aussi  sans Directeur Général. C’est le service minimum au sommet.

A l’heure des nouvelles technologies et du progrès où les Etats du monde sont en pleine course pour l’émergence,  le Togo opte pour un service minimum et ceci au sommet de l’Etat. Comment un pays peut-il fonctionner sans un Premier Ministre  depuis bientôt un mois ?  Quand on sait que le Chef du Gouvernement a pour rôle de diriger l’action du Gouvernement et, à ce titre, fixe en principe les orientations politiques essentielles qui, hors cohabitation, sont celles du Président de la République.

Si sous d’autres cieux,  il est un inconcevable qu’un gouvernement fonctionne sans son Premier Ministre,  au Togo cette situation ne semble émouvoir les premiers responsables.  Voila qui donne raison à ceux qui soutiennent que depuis le tripatouillage de la constitution en 2002, le Premier Ministre n’est  que le premier des ministres et sa fonction est totalement dévalué puisqu’il n’est que le valet du Chef de l’Etat qui se sert de tout et de tout le monde pour satisfaire ses moindres caprices. Lire le reste de cette entrée »