Togo, kpatcha Gnassingbé a raté une bonne occasion de se taire.

7 04 2012

En audience spéciale devant le  « machin » de la commission vérité justice et réconciliation, le demi frère de Faure en Gnassingbé en prison pour 20 ans pour un imaginaire complot contre la sûreté intérieure de l’état, n’a rien apporté aux togolais en termes de vérités pouvant contribué à faire la lumière sur les massacres de 2005 qui ont permis à Faure Gnassingbé de succéder à son feu père  Gnassingbé Eyadema confirmant ainsi le bail illimité  du clan Gnassingbé sur le Togo.

Ce dimanche devant la CVJR, de Faure Gnassingbé, le député de la Kozah, s’est juste borné à dire qu’il n’était ni de près ni de loin lié aux massacres de 2005, qu’il n’a jamais eu de milices. Il reconnait néanmoins avoir  demandé aux officiers de faire allégeance à Faure Gnassingbé et de l’installer contre la constitution et le peuple togolais dans le fauteuil présidentiel, perpétrant ainsi un coup d’état militaire et constitutionnel

Ces propos confirment donc que le clan qui régente le pays, reste dans la logique que le Togo est un bien patrimonial qu’il conduit tel un royaume. Un véritable scandale et une aberration dans un pays qui se veut une république démocratique.

La déposition de Kpatcha Gnassingbé reste donc un arrangement entre Faure Gnassingbé, le prélat Nicodème Barrigah qui préside la CVJR et le prisonnier « le plus célèbre » du pays, Kpatcha Gnassingbé. Au finish, les togolais ont  compris que Kpatcha donnerait tout, dirait tout pour recouvrer sa liberté. Résultat des courses, un Gnassingbé reste un Gnassingbé. Lire le reste de cette entrée »