Togo, vol de matériel au CHU de Lomé, la gendarmerie met aux arrêts des agents de santé.

27 08 2014
chu s.o

chu s.o

Les faits remontent à la semaine dernière où un moniteur a disparu du centre hospitalier Sylvanus Olympio, c’est le moniteur du bloc opératoire de la salle 3. Un moniteur est un appareil qui permet de suivre un malade qui vient d’être opéré ou en réanimation. La direction informée, décide de s’en référer à la gendarmerie. Un détachement du SRI (Service de Recherches et d’Investigation) débarque au CHU Tokoin pour investigations.

Le commandant du détachement souhaite interroger le personnel qui était de garde au moment de la disparition de l’appareil. Mais du fait que certains patients attendaient d’être opérés, la gendarmerie a souhaité procéder à l‘interrogatoire en fin de journée pour permettre au personnel qui doivent être  écoutés de s’occuper d’abord  des malades.

Certains agents concernés ont  néanmoins suivi les gendarmes, parce que de nuit ils étaient libres la journée. C’est dans son blouson que l’un d’eux a rallié la gendarmerie. Il lui aurait été refusé de pouvoir se changer. Un peu après 18h, deux autres anesthésistes  comme convenu étaient au SRI pour être interrogés. Soit au total 05 personnes. Fait curieux, la gendarmerie décide de les garder pour la nuit.

Le responsable du service de réanimation qui est un colonel de l’armée a dû intervenir pour comprendre les raisons qui sous-tendent une telle détention pour la nuit. Une solution intermédiaire fut proposée.

Les gendarmes proposent de perquisitionner les domiciles des trois surveillants avant de pouvoir les laisser rentrer chez eux. Lire le reste de cette entrée »