Insécurité grandissante au Togo, les faits démentent le ministre de la sécurité Yark Damehane.

13 02 2014

imagesL’insécurité est  le sentiment  de peur que peut ressentir un individu ou une collectivité devant ce qui peut advenir. C’est sans doute ce que ressentent les togolais dans leur grande majorité depuis un certain temps face à la recrudescence des accidents de circulation, des vols à mains armées, des braquages, des assassinats effroyables. Malgré les discours rassurants du ministre en charge de la sécurité et de la protection civile, Yark Damehane, et d’autres membres du gouvernement, le phénomène va crescendo. Le gouvernement togolais doit aller au-delà des paroles mielleuses pour assurer véritablement la sécurité pour tous. Une prérogative des Etats d’assurer la sécurité des personnes et des biens, un droit humain contenu dans les instruments internationaux en la matière, instruments auxquels le Togo est parti.

 A Bè Kpota (un quartier de Lomé) il y a quelques jours un homme a été retrouvé mort dans des circonstances jusque là inconnues. Un autre a été retrouvé calciné dans les environs de l’aéroport de Lomé dans des circonstances non encore élucidées, même s’il se susurre qu’il fait partie d’un gang de voleurs.

Pas plus tard que lundi dernier un béninois d’un certain âge a trouvé la mort aux environs de 04H du matin attaqué à la machette par des individus qui ont fait des plages de Lomé des endroits insécurisés. Il n’est pas la seule victime de ces brigands à armes blanches qui ont élu domicile sur nos côtes. Un jeune homme y a été poignardé il y a de cela quelques mois en plein jour sans que les policiers pourtant présents sur les lieux n’aient daigné lever le petit doigt pour sauver un citoyen qui n’a cessé de crier au secours. Lire la suite »





Assassinats de deux jeunes à Dapaong au nord-Togo, le gouvernement dit mettre en place commission d’enquête. Encore du bluff

24 04 2013

arton3347L’annonce de la mise en place d’une commission mixte Police-Gendarmerie pour faire la lumière sur les circonstances du décès de l’élève Sinandaré Gouyano Anselme a été faite ce mardi  à Lomé par le ministre de la sécurité et de la protection civile Yark Damehane, qui jure par tous les dieux que l’auteur du tir mortel sera traduit en justice. Ce qui serait une première, si tel venait à être le cas car l’une des méthodes de gouvernance de ce régime de père en fils qui totalise bientôt cinquante (50) ans de règne, c’est bien évidemment l’impunité.

Depuis l’assassinat du Premier Président démocratiquement élu du Togo, Sylvanus Olympio par le sergent Chef Gnassingbé Eyadema qui a d’ailleurs revendiqué sa mort dans le temps avant de ravaler sa langue, l’impunité est devenue une seconde nature de ce régime militaro fasciste où ses apparatchiks peuvent tuer les togolais sans avoir  à s’inquiéter de qui que ce soit, de quoi que ce soit et devant n’importe quelque juridiction que ce soit. Lire la suite »