Togo, David Kpelly : « Je compte mettre sur pied dans l’avenir un Prix « Anselme Sinandaré » qui récompensera les meilleurs élèves des collèges togolais chaque année ».

28 05 2015

davidDavid Kpelly à cœur ouvert après la sortie de son livre hommage « Pour que dorme Anselme ». En attendant la sortie officielle du livre au Togo dans quelques semaines, l’auteur nous livre le pourquoi de cet hommage, la suite du combat pour Anselme, les indiscrétions du côté de la primature depuis la publication des lettres ouvertes à l’endroit du premier ministre togolais, la dernière mascarade électorale, dans  cet entretien succinct et précis. Bonne lecture !

Fabbi Kouassi : Interpeller le Premier ministre par correspondances, pas une mais plusieurs et tous les mois durant un an n’est pas courant, pourquoi une telle démarche ?

David Kpelly : Merci chère Fabbi pour cette opportunité. Il faut dire que l’affaire Anselme m’a particulièrement touché pour plusieurs raisons que j’ai évoquées dans le livre. Donc j’étais prêt à aller loin pour immortaliser l’assassinat de cet enfant. J’ai aussi été beaucoup encouragé par les lecteurs depuis la publication de la première lettre, ce qui m’a fait comprendre que les Togolais ont plus que jamais besoin de porte-voix pour leurs drames. C’était ma grande source de motivation et j’y suis allé. Je pouvais faire un livre normal sous forme d’essai sur le sujet, mais je me suis dit que la forme de lettres ouvertes est beaucoup plus active, plus expressive, plus directe. Et cela a marché, vu le succès des lettres sur Internet et celui du livre depuis sa parution.

  1. FK : Avez-vous eu des échos que le Premier ministre est informé de votre initiative au final ?

Lire la suite »





Togo, David kpelly, immortalise Anselme Sinandaré tué par balles il y a deux ans.

28 05 2015

588Anselme Sinandaré est fauché de façon froide et lâche au cours de manifestations qui  ont  secoué le monde de l’éducation au Togo en cette année 2013. Le très jeune Anselme, 12 ans seulement faisait partie de ces milliers d’élèves qui ont soutenu les mouvements de débrayages des enseignants en réclamant par le biais de manifestations publiques, pacifiques,  la reprise des cours et la satisfaction des revendications légitimes des acteurs de l’éducation. Anselme  était aux côtés de plusieurs milliers de ses camarades pour faire entendre leur voix et faire entendre raison  à un régime autiste certes mais surtout inhumain. Sans sommation, la manifestation est réprimée dans le sang et des balles réelles sont tirées sur de jeunes innocents. Anselme a  été tué par l’une de ses balles. Un policier ou gendarme lui a tiré dessus à bout portant sans aucun état d’âme. Ce dernier ou plutôt cette dernière à en croire certaines indiscrétions, continue de déambuler en toute liberté malgré ce crapuleux crime. L’impunité dans le Togo de Faure plus qu’une réalité est érigée en mode de gouvernance.

Ce qu’il est convenu d’appeler,  forces de l’ordre et de sécurité, au Togo de Faure Gnassingbé,  sont des forces à la gâchette facile qui assassinent des êtres humains comme des bêtes de somme. Les exemples de la difficile cohabitation des citoyens d’avec ceux qui sont sensés les défendre sont malheureusement légions et les martyrs se comptent par milliers. Lire la suite »