Dans le cas Togo, la Cedeao est à récuser

12 12 2019

Elle est totalement disqualifiée, discréditée pour prétendre à quelque arbitrage que ce soit. Lire le reste de cette entrée »





Niamey ‘’sonne le glas’’ des règnes illimités en Afrique : cas du Togo.

8 10 2019

 


Sur l’initiative du National Democratic Institute (NDI) et de ses partenaires, les anciens Chefs d’Etats ainsi que les membres de la société civile se sont réunis du 02 au 04 octobre 2019 à Niamey, la capitale du Niger en faveur du constitutionnalisme, de la limitation des mandats présidentiels et du transfert pacifique du pouvoir.
Le Togo, c’est connu de tous est dirigé depuis plus de 50 ans par une seule famille caractérisée par le refus systématique de transfert de pouvoir en connivence avec une communauté africaine et internationale qui cautionnent le régime togolais de père en fils et avalisent un transfert héréditaire au prix d’au moins 500 togolais tués selon le rapport 2005 des Nations-Unies. Lire le reste de cette entrée »





Togo, silence Faure Gnassingbé prie…

8 10 2019

Des photos du chef de l’Etat togolais ont inondé la toile ce mercredi en début de soirée. Des images devenues virales en l’espace de quelques minutes et qui font le buzz sur les réseaux sociaux. Lire le reste de cette entrée »





Togo, « Le Général ne vit pas d’amour ».

8 10 2019

https://www.africablogging.org/fr/togo-le-general-ne–pas-damour/





‘’un journaliste, un arbre’’.

3 06 2019

Lancée par la branche togolaise de l’UPF, l’Union de la Presse Francophone, cette initiative a connu une mobilisation majeure des professionnels de la communication.
Le nouveau bureau de l’UPF-Togo que dirige, Monsieur Loïc Lawson, Directeur de Publication du journal ‘’Flambeau des Démocrates’’, entend donner un souffle nouveau à la confraternité mise à mal depuis un bon moment au sein de la corporation des journalistes. Lire le reste de cette entrée »





Togo, Pascal Bodjona aux locales.

3 06 2019

Il ne laisse personne indifférent. La presse dans son ensemble ne manque pas de qualificatifs pour se prononcer sur la candidature de l’ancien directeur de cabinet du président togolais.

‘’ Pascal Bodjona un candidat pas comme les autres’’, Pascal Bodjona un candidat XXL’’, ‘’ Pascal Bodjona bouscule les codes’’, ‘’ le come-back de Pascal Bodjona à travers la liste « Ensemble pour le Togo »’’, peut-on lire à la une de quelques journaux. Lire le reste de cette entrée »





Togo: l’autre nom de l’enfer, la prison.

7 05 2019

Poignant Témoignage d’un détenu qui a eu la vie sauve et réussi à quitter le Togo le jour même de sa libération.

Ce récit doit parcourir le monde entier afin que cessent ces pratiquent d’une autre époque qu’entretiennent les dirigeants du Togo, fondamentalement inscrits dans une politique de tuer  les citoyens de ce pays déjà victimes d’une dictature héréditaire qui n’a aucun respect de la vie et de la dignité humaine.

Le Togo, qui aujourd’hui n’a de centres de santé que de mouroirs comptent aussi des prisons qui sont de véritables camps de concentration maquillés en maisons d’arrêts, où se mêlent et s’entremêlent des centaines de détenus qui n’ont pas leur place dans ces ‘’Guantanamo’’ modernes.

Dans un pays où les tortionnaires, les criminels d’Etats, des tueurs d’enfants jouissent d’une impunité royale, la prison par le biais d’une justice pourrie est devenue le lieu par excellence pour mettre au silence des citoyens, leaders d’opinions et hommes politiques qui osent rêver d’un Togo de justice, ce qui n’est pas une réalité depuis plus de 53 ans que la famille Gnassingbé a fait du Togo un royaume d’impunité, une jungle où le faible n’a pas d’issue.

Bienvenue dans les méandres de cet enfer nommé Prison Civile de Lomé (PCL) avec  ses fours crématoires,  qui n’ont  rien à envier à Guantanamo ni à Auschwitz.

Pour mieux cerner l’univers carcéral infernal auxquels sont confrontés les détenus, il est important de relever que la prison de Lomé n’est pas compartimentée. Les détenus politiques et ceux de délits mineurs sont mélangés avec des criminels chevronnés et dont la plupart sont condamnés à perpétuité.

Les détenus de délits mineurs sont donc exposés à des risques avérés d’agressions pouvant aller jusqu’à l’atteinte de leur vie.

Il apparait clair que ces détenus en détention préventive de surcroit en présomption d’innocence sont comme des condamnés à mort à force de côtoyer des condamnés à perpétuité qui n’ont plus rien à perdre, ni à craindre.

Un  crime que l’Etat du Togo commet vis-à-vis des personnes en détention préventive.

Où est alors la présomption d’innocence si une personne est contrainte de côtoyer des condamnés à perpétuité ?  Si ce dernier lui enlève la vie, cet acte odieux  ne changerait  rien au sort de ce criminel qui se sait condamner et qui sait n’a rien à perdre mais un détenu de faits mineurs court constamment le risque de perdre la vie à tout moment.

Par ailleurs, il y a des détenus qui sont incarcérés depuis 5 ans sans être jugés. D’autres peuvent rester dans cette détention au secret qui ne dit pas son nom 3 ans, 5 ans, 7 ans  voire 10 ans sans aucun procès. Lire le reste de cette entrée »