Togo et ses mascarades électorales, le fruit est présentable mais l’intérieur est pourri.

22 05 2015

serment faureLes conditions actuelles d’organisation des élections au Togo ne permettront certainement pas une possibilité de victoire de l’opposition. Aucune alternance n’est donc possible. Et ce pour plusieurs raisons.

Le contexte dans lequel ces élections sont à chaque fois organisées est totalement vicié et à l’avantage du régime cinquantenaire au pouvoir.

Sur le plan institutionnel, la cour constitutionnelle composée de 9 personnes est l’organe suprême de recours en cas de contentieux et de proclamation des résultats définitifs. De par sa composition inéquitable cette cour  est un instrument au service de l’exécutif. Deux petits exemples parmi tant d’autres pour l’illustrer :

En 2013 lors de l’élection législative, la Cour constitutionnelle valide une liste du parti au pouvoir contenant le nom du président en exercice d’un autre parti politique. Ce qui est contraire à la loi. Lire la suite »





Togo, présidentielle d’avril 2015, Faure Gnassingbé se laisse trahir.

21 04 2015

fegBientôt la fin de la campagne dans le cadre du cirque électoral du 25 avril 2015. Les 05 candidats qui ont choisi de se prêter pour une énième fois au jeu de la mascarade électorale ont rencontré les populations togolaises pour les charmer et les rassurer qu’ils sont le meilleur choix dans un scrutin vicié, pipé et verrouillé. C’est au cours de cette opération charme que les candidats se sont fait dévoiler, certains se sont laisser piégés notamment Faure Gnassingbé celui-là même qui n’a jamais gagné aucune élection au Togo. Lors de sa première sortie de campagne à Notsè le numéro un Togolais a laissé entendre : « Je n’accepterai pas et le gouvernement n’acceptera pas cette espèce de récréation malsaine d’après élection. Nous n’accepterons plus cela parce que nous avons beaucoup à faire ».

Revenant sur l’après présidentielle de 2010, une autre mascarade, faisant allusion aux marche de protestation et de contestation de son pouvoir, le fils d’Eyadema s’est lâché. Lire la suite »





Faure Gnassingbé et ‘’ses commandes’’ jeune Afrique.

15 04 2015

fgEn 10 ans d’un  pouvoir usurpé Faure Gnassingbé qui a toujours snobé la presse de son cher Togo a le réflexe de faire appel à des médias de la sous-région et ceux de  l’international pour son lifting à coup de millions, ‘’de centaines de millions’’ renchérit une source proche du palais de la marina. Le très silencieux numéro un togolais qui sort de sa tanière de temps à autre et surtout à l’occasion des joutes électorales a sollicité Jeune Afrique à quelques jours de la mascarade présidentielle de 2015.

Retour sur quelques propos de Faure Gnassingbé dans jeune Afrique.

« A bien y regarder, on ne me reproche qu’une seule chose : ma filiation. A cela, je réponds que je suis fier de mon père et de ce qu’il a réalisé. Même si je conçois que le fait d’être le fils de mon prédécesseur puisse poser problème à certains, c’est sur mon bilan que je demande à être jugé. Pour le reste, si l’on veut que je change de nom, c’est peine perdue ». Balance pompeusement  Faure Gnassingbé le fils d’Eyadema qui ne peut avoir l’honnêteté de reconnaitre que sans cette filiation il ne peut jamais prétendre diriger ce pays. Faure Gnassingbé est  à la tête du Togo parce qu’il est fils d’Eyadema. Pourquoi n’a-t-il pas opté accédé au pouvoir comme tout citoyen par le biais d’élections régulières mais a préféré les coups de force, constitutionnel, institutionnel et électoral. Comment s’est-il retrouvé président de l’assemblée nationale puis chef de l’état ? Trop facile de bomber la poitrine et demander qu’on le juge sur son bilan et non sur les liens génétiques d’avec son père. Faure Gnassingbé devrait être triste d’avoir inauguré l’ère des régimes dynastiques et fouler aux pieds les règles républicaines. Lire la suite »





Discours de fin d’année, Faure Gnassingbé, peint un Togo trop beau pour être vrai.

1 01 2014

faure_gnassingbeLe peuple togolais qui n’a pas souvent l’occasion d’écouter le Chef de l’Etat Faure Gnassingbé, est  resté sans doute scotcher devant le poste téléviseur ce 31 décembre 2013 pour enfin se rendre compte que les années se succèdent depuis sa prise de pouvoir dans des conditions rocambolesques, mais les discours se ressemblent. Un lot de promesses souvent non tenues et un Togo « d’Alice au pays des merveilles » qui n’existe en réalité que dans l’imaginaire de la minorité dirigeante et du plus « Faure » de tous.

 

Au prime abord, Faure Gnassingbé a rendu hommage aux soldats togolais envoyés dans les différentes missions de maintien de  paix, notamment le Darfour, le Mali et la Côte d’Ivoire. Il n’a pas manqué d’avoir une pensée émue pour les malades. Mais le numéro un togolais n’a fait aucune allusion aux prisonniers et surtout les prisonniers personnels de la République en occurrence son demi- frère Kpatcha Gnassingbé et ses codétenus, le Commandant Olivier Amah Poko, le journaliste Eugène Atigan et tous les autres connus et anonymes qui croupissent dans les geôles des prisons togolaises pour souvent des délits fabriqués de toutes pièces.  Malgré les bruits de couloirs qui ont persisté que pour une fois Faure Gnassingbé va faire une remise de peine et libérer certains « détenus spéciaux », le miracle ne s’est pas produit . Lire la suite »





Faure Gnassingbé face aux cadres de son parti.

23 12 2009

(faure gnassingbé)

Le samedi dernier au palais des congrès de Lomé, Faure Gnassingbé a échangé avec les dignitaires du RPT, le parti de son père Eyadema Gnassingbé, lequel parti lui a été légué à la mort de ce dernier pour lui permettre de succéder à son feu père qui a régné 38 ans durant sur le rectangle du pays.

Depuis quelques temps il se susurre que le jeune président n’est plus en odeur de sainteté avec le parti qui lui a tout donné. Les rumeurs vont jusqu’à affirmer que Faure Gnassingbé ira aux élections présidentielles sous la bannière d’une autre structure. Propos qui ont semblé être vrais quand une association labellisée « majorité silencieuse » dit investir Faure comme leur candidat en 2010. Lire la suite »





Faure Gnassingbé et la prise de la pierre sacrée.

10 09 2009

pierreNous sommes en périodes estivales et le Togo comme chaque année,  à pareil moment célèbre ses fêtes traditionnelles. Occasions de retrouvailles entre les fils qui partagent les  mêmes traditions à travers la revalorisation de nos us et coutumes.

Après donc, Agbogbozan, Ayizan, D’pontre et bien d’autres, le peuple Guin célèbre la prise de la pierre sacrée et comme on s’y attendait, Faure Gnassingbé et sa bande se sont transportés sur les lieux sans doute pour dire aux peuples Guins qu’il est avec eux.

(f.gnassingbé)

(f.gnassingbé)

Et d’ailleurs depuis quelques temps, le président proclamé du Togo, ne manque aucune occasion pour aller à Aného, soit pour voir les chefs traditionnels ou assister à une messe. Tous les moyens et tous les prétextes sont bons pour y aller et pour distribuer des espèces sonnantes et trébuchantes.

Pour rappel, en 2005, l’année qui a vu Faure venir  au pouvoir avec son cortège de 500 à 1000 morts, la ville d’Aného constitue l’un des épicentres des violences et plus dramatique, c’est à Aného que le chef a été jeté dans la rigole, sacrilège ont crié en ce temps les adeptes des religions africaines et les dieux du continent à ce qu’il paraît.

Et donc quand le fils du père se transporte dans cette localité et qu’on lui déroule le tapis rouge, les togolais ne comprennent pas nos chefs traditionnels, nos fameux garants des us et coutumes. Vraiment, l’argent peut tout acheter… Lire la suite »





Il y a 4 ans Faure Gnassingbé prêtait serment

5 05 2009
(faure gnassingbé)

(faure gnassingbé)

Tout partira donc du 5 février 2005 avec le décès du Président Gnassingbé Eyadéma. A la suite de son  décès, le pays a été plongé dans une nouvelle crise politique sans précédent caractérisée par d’importantes irrégularités dans la gestion de la vacance de la Présidence de la République.

Aussitôt l’information de « l’intronisation » du fils Eyadema connue, une vague de désapprobation. Il eu donc retour à la légalité constitutionnelle et les élections furent organisées. Le pays a régulièrement connu des cycles de violence pendant le déroulement des différents processus électoraux. Lire la suite »








Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 160 autres abonnés