Présidentielle 2015 au Togo, John Mahama le chef de l’état ghanéen ‘’en promenade’’.

21 04 2015

mahLe président ghanéen, président en exercice de la CEDEAO, John Mahama Dramani a effectué une seconde visite éclair au Togo dans le cadre du prochain scrutin présidentiel. Si pour la première visite le report de dix jours a réussi à camoufler que la CEDEAO reste de marbre face à la dictature qui ronge le Togo depuis près de 50 ans, cette seconde visite se révèle plus une promenade où Mahama qui ne fera pas plus que ces prédécesseurs à la tête de la CEDEAO, vient jouer au président de la communauté sous régionale venu constater que tout va ‘’très bien’’ notamment le processus électoral et appeler à la recherche du fameux consensus que les candidats ont trouvé miraculeusement  autour du fichier électoral.

Voilà en résumé ce que Gerry Taama, candidat au scrutin du 25 avril a posté sur son mur facebook au sortir de l’entretien avec le président John Mahama Dramani « Mon opinion personnelle est que cette visite-ci tend à juste confirmer qu’il n’y a pas de différends majeurs. Il avait presque réponse à toutes les inquiétudes soulevées par certains candidats. Pour le problème des dispositions sur le bulletin de vote, il a préconisé la sensibilisation, sur le vote anticipé des militaires et anciens combattants il a insisté sur la transparence, sur le fameux système SUCCES, il a insisté sur la présence des représentants des candidats dans les bureaux de vote, dans les CELI et à la CENI. Pour conclure, rien de nouveau sous les cocotiers. La campagne continue ».

Rien à se mettre sous la dent, tout va bien sous le ciel togolais, en  avant la mascarade et rendez-vous pour les résultats fabriqués maisons, surtout que le président ghanéen demande aux candidats en lice de s’abstenir de publier les résultats et de se contenter de ce que l’équipe de Taffa Tabiou, le président de la Céni va proclamer. Et surtout, en cas de contestations de le faire conformément à la loi, sans doute de façon très docile… Lire le reste de cette entrée »

Publicités




Le « club » des chefs d’états de la CEDEAO face aux enjeux électoraux de 2015.

31 03 2014

indexRéunis à Yamoussoukro en côte d’ivoire, dans le cadre de leur 44èm sommet, les présidents bien élus et mal élus de la communauté des états d’Afrique de l’ouest semblent préoccuper par les processus électoraux auxquels doivent faire face l’année prochaine cinq (05) pays de la communauté notamment le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire, la Guinée, le Nigeria, et le Togo. Hormis le Nigéria qui s’efforce d’organiser des élections démocratiques, les quatre autres sont habitués aux processus mouvementés avec une palme d’or pour le Togo champion en holdup électoral avec l’aval de la CEDEAO et autres organisations par le biais d’observateurs véreux.
« Dans la perspective des importantes élections prévues en 2015 au Burkina Faso, en Côte d’Ivoire, en Guinée, au Nigeria, et au Togo, la Conférence a exprimé sa ferme détermination à contribuer à ce que ces scrutins se tiennent dans un environnement paisible, consensuel et en conformité avec les normes régionales ».
Peut-on lire entre autre dans le communiqué des chefs d’états ouest africains. Le langage reste diplomatique certes mais les normes régionales dont fait mention le communiqué sont celles de la démocratie. A cet effet, les dispositions du protocole de la CEDEAO sur la démocratie et la bonne gouvernance sont claires, notamment en son article 1er en son point petit b, « toute accession au pouvoir doit se faire à travers des élections libres honnêtes et transparentes ». Lire le reste de cette entrée »