Le Ministre togolais des Affaires Etrangères ou le déni de la réalité.

19 10 2013

Robert Dussey, Ministre  flambant neuf de la diplomatie togolaise qui fait feu de tout bois ces dernières semaines pour dit-on donner à la diplomatie togolaise une image dynamique et moderne  surtout à l’international  s’est illustré au cours d’une interview sur Radio France Internationale (RFI) en un diplomate plutôt rétrograde et  négationniste, exactement comme ses prédécesseurs, obligé, d’user de zèle pour se conformer à la moule de la dictature cinquantenaire histoire de rester dans les bonnes grâce du premier et du plus « Faure » des togolais.

Robert-Dussey

Ce  déni de la réalité, mieux ce refus de la  réalité dont font montrent les dirigeants togolais au-delà du cynisme est une pathologie.  Une pathologie tel un cancer qui a gangréné tout l’appareil d’Etat de ce petit pays avec en ce siècle de modernité des dirigeants qui  se refusent à admettre que le Togo n’est pas un pays qui respecte les droits de l’homme ce qui n’est qu’un secret de polichinelle pour le monde entier. Des dirigeants qui refusent de reconnaitre  que le Togo continue de traiter les prisonniers comme des chiens. Comment peuvent-ils face à ce refus penser à humaniser les conditions carcérales comme toutes les instances en matière de droits de l’homme le leur recommandent ?

Pour revenir à la pathologie, pour les spécialistes notamment les psychologues, « une personne peut refuser le monde tel qu’il est et le considérer de manière totalement autre. Mais la plupart des dénis de ce genre dénotent de la  faiblesse et de la fragilité des  individus atteint de cette pathologie» …s’il faut commenter cette assertion des psychologues, il faut juste comprendre qu’en fait le Togo a des dirigeants faibles et fragiles. De telles personnes devraient susciter plus de la pitié que de la colère ou de l’indignation.

Pour revenir à l’interview en question que le Ministre Dussey a accordée aux confrères de RFI et au micro de Christophe Boisbouvier,  nous prendrons juste le pan qui concerne les droits de l’homme. Lire le reste de cette entrée »

Publicités




Dublin célèbre près de 145 défenseurs des droits de l’homme.

19 10 2013

Du 09 au 11 octobre 2013,  s’est tenue à Dublin en Irlande la septième plateforme des défenseurs  des droits humains qu’organise périodiquement la fondation Frontline Defenders. Plus de 145 défenseurs de près de 95 pays ont participé à ce rendez vous de partage de témoignages et d’expérience émouvants les uns que les autres.

DSC_1972

En plus des témoignages et des groupes de travails répartis par zones géographiques et linguistiques, la conférence à aborder les thèmes liés à la liberté d’expressions, les processus électoraux, la liberté d’association, les conditions dans lesquelles les défenseurs exercent leurs activités et les risques qu’encourent leurs proches. Parallèlement des séances sur la sécurité numérique ont été organisées de même qu’une écoute psychologique pour certains défenseurs qui estiment en avoir besoin du fait de certains traumatismes Lire le reste de cette entrée »





Togo, un milliard chez Sabine Mensah, la mère de Faure Gnassingbé !!!

10 10 2013

L’information relayée par la presse privée a fait grand bruit ces derniers jours à Lomé et secouée le sommet de l’Etat dit-on. Faut-il  en rire, surtout quand on sait que le Togo est un pays où la minorité qui pille le pays est garantie d’une impunité à vie au nom du fils du père. Aucune enquête judiciaire n’est ouverte contre aucun baron milliardaire pour enrichissement illicite malgré le discours hypocrite de Faure Gnassingbé qui a dénoncé l’accaparation des richesses du pays  par sa minorité.

L’histoire ressemble à un fait divers mais il n’en ai rien, c’est juste le Togo et ses singularités. Un milliard de francs CFA aurait disparu du coffre fort de « maman sabine », l’autre « vénérée mère » de la République et du jeune monarque du Togo. Si certains milieux soutiennent que l’information  a fait grand bruit, pour le commun des togolais elle estplutôt normale.

Les togolais ne peuvent être étonnés qu’on  retrouve cette somme mirobolante chez maman Faure, on devrait d’ailleurs en trouver plus. Les togolais savent que cette minorité dirigeante a le coffre fort de tout le  Togo chez elle.

Mais le fait que des togolais lambdas osent  subtiliser la cagnotte de la « maman nationale », tel un jackpot, voila le crime qui secoue le sommet qui a trouvé le moyen d’arrêter des citoyens. Sont-ils les vrais auteurs ou des innocents? Une interrogation dont seuls les responsables de ces interpellations ont la réponse. Lire le reste de cette entrée »





Togo, 05 octobre 1990-05 octobre 2013, 23 ans de mensonges et de trahisons d’une opposition atypique et nuisible.

6 10 2013

« La confiance, un mot qui perd tout son sens quand la trahison et la déception sont commises.»

Cet adage à lui tout seul,  résume ces 23 dernières années de lutte du peuple togolais,  qui,  le 05 octobre 1990 s’est soulevé  spontanément à la faveur d’un simulacre de procès, comme le système de père en fils sait en organiser, au motif que des jeunes auraient distribué des tracts hostiles à la dictature de Gnassingbé 1er. Une révolution togolaise qui marquera les anales de l’histoire, mais dont la symphonie inachevée, de  par la faute d’une opposition hypocrite, traitre et très peu préoccupée par les aspirations profondes du peuple, complique le combat de ce dernier pour l’alternance.

23 ans après le soulèvement populaire du 05 octobre, qui a suscité plein d’espoir,  force est de constater que l’opposition togolaise a prouvé son incapacité à offrir un Togo autre à travers une alternance politique qu’elle chante à tue-tête et qu’elle continue malgré son incapacité de promettre aux pauvres populations fatiguées par tant d’années de lutte aux conséquences fâcheuses en pertes de vies humaines et autres sacrifices consentis.

Drôle d’attitude d’une opposition qui en face d’une dictature féroce a opté pour des enfantillages, des guéguerres sans motifs  valables, des conflits de leadership sans aucun enjeu, des trahisons tous azimuts, des complicités contre nature avec les bourreaux du peuple togolais. Lire le reste de cette entrée »





Togo, le Lieutenant Colonel Awoki Panassa à la gendarmerie nationale.

4 10 2013

La nomination du Lieutenant Colonel Awoki Panassa reste l’une des principales décisions du premier tardif conseil des ministres du gouvernement Ahumey Zunu 2. Il remplace de ce fait le Chef d’Escadron Guy Akpovi nommé pour des raisons géopolitiques selon certaines indiscrétions et qui n’a fait que quelques mois pour enfin atterrir dans une école de guerre en France.

Le nouveau chef de la gendarmerie nationale togolaise, le Lieutenant Colonel Awoki Panassa «est un soldat de qualité, rompu à la tâche,  professionnellement, c’est un bon », nous ont  confié certaines personnes qui semblent bien connaitre le Directeur de la Gendarmerie.  A l’aéroport où il était coordonnateur de l’Autorité de Sûreté, il a laissé plutôt une bonne impression à ce togolais de la diaspora revenu pour ses vacances et qui a été confronté au vol de ses affaires personnelles. (Nous reviendrons dans d’autres écrits sur les réseaux d’arnaques qui sévissent à l’aéroport Gnassingbé Eyadema). Le Colonel Panassa n’a ménagé aucun effort pour lancer les recherches et faire ce qu’il fallait. Bref de l’avis de plusieurs témoins « il connait son job », pour parler plus simplement. Lire le reste de cette entrée »





Face à la menace d’une grève du corps enseignant l’Etat togolais reporte la rentrée scolaire d’une semaine.

1 10 2013

Le tout puissant ministre togolais de l’Economie et des  Finances, Adji Otteth Ayassaor à réussi à provoquer l’ire des acteurs de l’éducation qui menacent de rentrer en grève dès la rentrée scolaire. Avec cet arrêté daté du 20 septembre 2013  qui permet désormais aux inspecteurs généraux d’Etat, aux inspecteurs d’Etat de jouir des indemnités de fonction, de logement, et des primes de risque, les enseignants réclament leur part d’indemnités et à raison.

Selon le décret, Les indemnités de fonction sont comprises en 40% et 25% de la solde de base indiciaire. Les indemnités de logement entre 80.000 et 30.000 FCFA et les primes de risque entre 200.000 et 75.000 FCFA.

La réaction des fédérations des syndicats de l’enseignement ne s’est pas fait attendre. Dans une lettre en date du 26 septembre 2013, adressée aux ministères des enseignements primaires et secondaires et de l’enseignement technique et de la formation professionnelle, les enseignants lancent un préavis de grève de 72 heures pour compter du 07 octobre 2013, date initiale de la rentrée scolaire. « Un mot d’ordre reconductible en cas de non satisfaction des  doléances »,  martèlent les syndicats. Lire le reste de cette entrée »