le « Collectif Sauvons le Togo », célèbre Tavio Amorin, assassiné il y a 20 ans.

24 07 2012

Il y a 20 ans, Tavio Ayao Tobias AMORIN était assassiné

Justice pour tous les martyrs du Togo assassinés

sous le régime du clan des GNASSINGBE !

Il y a 20 ans, le jeudi 23 juillet 1992, vers 21 heures, Tavio Ayawo AMORIN, était victime d’un attentat, au quartier Tokoin Gbonvié, à Lomé, un individu vida le chargeur d’un pistolet mitrailleur sur lui.

 Grièvement blessé, il fut transporté au CHU de Tokoin, avant que la décision ne soit prise, face à la gravité de son cas et l’inexistence au Togo d’un plateau technique médical et de spécialistes pouvant le sauver, de l’évacuer sur un hôpital français, ce qui fut fait dès le surlendemain à travers un avion médicalisé spécialement affrété pour l’occasion.

 Au moment de son assassinat, Tavio AMORIN était Premier secrétaire du Parti socialiste panafricain (PSP) ; membre fondateur du Mouvement patriotique du 5 octobre (MO5) ; Secrétaire général du COD II ; membre du Haut conseil de la République (HCR), organe transitoire issu de la Conférence nationale souveraine de juillet – août 1991 dont il était le président de la Commission politique et des droits de l’Homme ainsi que de la Commission spéciale chargée d’étudier et de faire adopter le nouveau projet de Constitution ; Secrétaire général du COD II. Lire le reste de cette entrée »





Togo/Kpatcha: Révision de procès jugée « irrecevable

22 07 2012

Kpatcha Gnassingbé et co-accusés vont poursuivre leur séjour en prison dans le cadre de l’affaire de « complot contre la sûreté de l’Etat togolais d’avril 2009 » jugée en septembre 2011 par la Cour suprême du Togo en premier et dernier ressort.

Il y a près d’un mois, les avocats des condamnés dans l’affaire de « complot contre la sûreté de l’Etat » avaient introduit une demande en révision du verdict de ce procès auprès de la Cour suprême du Togo qui avait mis en délibéré sa décision sur ce 19 juillet. A l’ouverture de ses audiences mensuelles en ce jour à Lomé, la plus haute juridiction du Togo a vidé en l’espace de quelques minutes ce délibéré, en jugeant « irrecevable » la demande de révision. Lire le reste de cette entrée »





Communiqué relatif à la tentative d’enlèvement de son Directeur de la Publication de « La Nouvelle » et l’interdiction du journal par la HAAC

22 07 2012

Dès la publication du journal « La Nouvelle » N°004 en date du lundi 16 juillet 2012, SOS Journaliste en Danger a interpellé le Directeur de la Publication pour lui signifier clairement les manquements déontologiques qui ont entaché la parution et des conséquences qui peuvent en découler. SOS Journaliste en Danger se préparait à rendre public un communiqué à cet effet quand la Haute Autorité de l’Audiovisuel et de la Communication (HAAC) a publié, dans la nuit de ce lundi sur les médias d’Etat, un communiqué annonçant l’interdiction de parution du mensuel « La Nouvelle » pour publication de « fausses informations, appels à la haine ethnique et religieuse, intrusion dans la vie privée des citoyens, calomnie et injures ».

Dans la foulée de la publication de ce communiqué, des individus en tenue civile armés à bord d’une RAV 4 TG-2858-AG couleur marron ont tenté d’enlever le Directeur de la Publication du journal en prenant d’assaut son domicile sis au quartier Hanoukopé aux environs de 21h15. Pourchassé nuitamment dans le quartier, M. Lawson Bêtum Bonéro a réussi à échapper à ses ravisseurs et s’est mis jusqu’à présent à l’abri.

Cette tentative d’enlèvement intervient dans un climat de vive tension politique, marquée par des violences qui ont occasionné à ce jour, trois (3) morts et une centaine de blessés à l’occasion d’une série de manifestations organisées par le Collectif « Sauvons le Togo » pour exiger des élections transparentes et le respect des droits de l’homme. Des bavures policières et autres violations de domiciles privés, visiblement encouragées par des démentis mensongers et systématiques des autorités gouvernementales et des responsables de sécurité. Lire le reste de cette entrée »





Gilbert Houngbo part sur un bilan décevant

20 07 2012

7 septembre 2008-11 juillet 2012, presque quatre ans que Gilbert Fossoun Houngbo a passé à la tête de la primature. Aujourd’hui, il quitte ses fonctions la tête basse, tant il est vrai que les attentes des Togolais placées en lui étaient grandes vu sa posture de Haut fonctionnaire des Nations Unies, un titre qui ne lui a pas suffi pour redonner confiance au peuple togolais.

«En six mois, je changerai le quotidien des Togolais». Cette phrase est de l’ancien Directeur du Programme des Nations Unies pour le développement (Pnud) avec rang de Secrétaire Général Adjoint des Nations Unies, le Premier Ministre (PM) démissionnaire Gilbert Fossoun Houngbo, lorsqu’il prenait en septembre 2008 la clé de la primature au Togo. Très tôt, le grand technocrate s’est mis au travail rompant un peu avec la bureaucratie en étant plus présent sur le terrain. Déjà, sa feuille de route est claire, surfer sur son statut international pour redonner une autre image du Togo, ternie par les malheureux évènements d’avril 2005 (on parle de 800 à 1000 morts c’est selon) qui ont mis le Togo sur le banc de la communauté internationale. Ce rôle, Gilbert Fossoun Houngbo a pris son courage à deux mains pour le faire, c’est-à-dire panser les plaies du Togo et soigner son image écornée. Aussi était-il guidé par les principes, les valeurs et surtout le sens du patriotisme très poussé. Dans sa détermination, il a réussi à gagner la reprise de la coopération par la confiance en lui placé par les partenaires techniques et financiers du Togo. Lire le reste de cette entrée »





CARNET CITOYEN N°4 DU CVU SUR LE REVEIL CITOYEN DU PEUPLE TOGOLAIS.

19 07 2012

COLLECTIF SAUVONS LE TOGO (CST) ET OPPOSITION TOGOLAISE : COMMENT DOMPTER L’AXE DU MALIN ?

Depuis la mise à jour le 12 juin 2012 du Réveil citoyen du Peuple togolais, il souffle un vent de révolte dont la force fait trembler la carapace gouvernementale nimbée de poussière intoxicante, nocive au Peuple togolais tout entier assujetti à une misère matérielle et morale sans précédent.

L’onde de choc provoquée par les évènements du 12 juin dernier a bouleversé la cynique et méthodique stratégie du pouvoir RPT /UNIR assuré par le coup de l’adoption unilatérale de lois électorales contestables sur la base de l’article 2 du protocole a/sp1/12/01 de la CEDEAO sur la démocratie et la bonne gouvernance. Lequel coup de force politico-juridique passé sous silence à la CEDEAO, et censé garantir subséquemment une victoire au forceps lors des prochains scrutins à la dictature militaro-clanique de Lomé.

A peuple vaillant, rien d’impossible !  A force de jouer avec l’avenir de toute une population appauvrie et désespérée, le pouvoir est rattrapé par la malédiction dont les régimes décadents se font frapper au moment où ils pensent que plus rien ne pourra leur arriver.

La démission de Gilbert HOUNGBO, triviale quelle soit, ne peut éluder la cacophonie, le mélange des genres et la vacuité du pouvoir de Faure GNASSINGBE qui peine à s’affirmer, complice qu’il est de graves et massives violations de droits humains qui ne peuvent que le faire sombrer inéluctablement. Lire le reste de cette entrée »





le Collectif Sauvons le Togo, fustige la stratégie de la terreur instaurée par faure gnassingbé pour étouffer le peuple togolais.

18 07 2012

Le Collectif «SAUVONS LE TOGO», après une analyse croisée des récents évènements qui ont marqué l’actualité politique au Togo, constate avec consternation que le régime du président Faure GNASSINGBE continue dans sa logique de conservation du pouvoir par la répression policière, l’insécurité et l’instauration d’un climat de terreur, la poursuite unilatérale et en catimini de l’organisation des prochaines échéances électorales.

Sur les violences policières du samedi 14 juillet 2012

Le samedi 14 juillet 2012, les militants du Front Républicain pour l’Alternance et le Changement (FRAC), se sont rendus à Bè-Kodjindji, pour démarrer une marche dont le point de chute est plage.

A leur arrivée à Bè-Kodjindji,  le point de départ de marche et ses alentours, étaient bouclés par les forces de l’ordre et de sécurité et, à peine que la marche ait débuté qu’elle a été dispersée à coups de grenades lacrymogènes, en dépit des formalités administratives de déclaration dûment accomplies dans les délais et conformément à la loi.

Quittant les lieux, la voiture de monsieur Jean-Pierre FABRE, président de l’ANC a essuyé des tirs de grenades lacrymogènes et de balles en caoutchouc. Il s’en est suivi une course poursuite par des éléments de la gendarmerie nationale jusqu’à son domicile.

Les forces de l’ordre et de sécurité massivement déployés aux abords du domicile de monsieur FABRE, ont par la suite, lancé pendant plusieurs heures, des grenades lacrymogènes et autres explosifs à fragmentation. Son domicile a particulièrement été la cible de ces tirs. Le portail de sa maison a été défoncé par les agents de sécurité qui y ont pénétré et passé à tabac tous ceux qui s’y trouvaient. Lire le reste de cette entrée »





togo: Le pouvoir de faure gnassingbé en turbulence.

16 07 2012

« Il n’y a aucune divergence » entre le chef du gouvernement, Gilbert Houngbo et le président de la République, Faure Gnassingbé comme certains « médias nationaux et internationaux tentent de le faire croire ». En effet.
Aucun PM de ce régime ne sort de cette fonction avec des v
estes propres. Cest pas parce qu’on a démissionné qu’on est contre ce qu’on a hier tramé, organisé, décidé, réalisé, géré avec toutes ses forces. La démission n’est aucunement une porte vers l’absolution politique. Pour cela, il en faut plus de démonstration médiatique délibérée.
Le changement à la tête du gouvernement se fait naturellement de façon noble par la démission, de façon moins honorable par la motion de censure.
On ne change pas de gouvernement seulement parce qu’il y a des divergences, mais souvent parce qu’on veut replacer les pions pour affronter les enjeux incertains avec les soldats qu’il faut. Dans le cas du régime, je peux comprendre qu’il veuille mettre un personnage doté de dure carapace politique pour affronter les élections législatives sur font de protestations et de répressions, avec un « nouveau-ancien-parti ». Lire le reste de cette entrée »