Togo, fusillade au domicile de l’ancien Premier Ministre Agbéyomé Kodjo

29 11 2013

Agbeyome-kodjo-500x290Alors qu’il est en visite à Paris le domicile du Président de l’Organisation pour Bâtir dans l’Union un Togo Solidaire (OBUTS)  Agbéyomé Kodjo a été pris d’assaut par des individus non identifiés. Les dégâts sont énormes. L’épouse de l’ancien Premier Ministre est blessée, sa voiture emportée. Quand on sait que Monsieur Kodjo est un opposant au régime de Faure Gnassingbé et que dernièrement il a été détenu arbitrairement dans le dossier ténébreux des incendies des marchés de Kara et de Lomé où il a failli perdre la vie en détention, il n’est pas superflu de se poser des questions sur les tenants et les aboutissants de cet acte odieux.

Selon certains témoignages, l’attaque se passait vers les 20 heures GMT mercredi 28 novembre 2013, alors que Madame Kodjo revenait d’une veillée funèbre. Les agresseurs armés n’ont eu aucune difficulté à maitriser l’équipe de sécurité que Monsieur Kodjo a engagée pour sécuriser son domicile. Ils ont réussi grâce aux  coups de feu à emporter le véhicule 4.4, de marque Prado de Madame Kodjo. Lire le reste de cette entrée »





Le Commandant Olivier Amah Poko boucle six mois de détention et devrait recouvrer la liberté.

27 11 2013

maxresdefaultIl y a exactement six mois que le président de l’Association des Victimes de la Torture au Togo (ASVITTO) a été embastillé à la prison d’Atakpamé via celle de Lomé  et de Mango pour incitation à la révolte de l’armée pour avoir convié ses frères d’armes à un sursaut patriotique face à la crise politique qui secoue le Togo. Il boucle ainsi deux trimestres,  soit la moitié de la peine encourue pour ce qu’on lui reproche faussement et pour lequel il est arbitrairement détenu. A ce stade, en droit togolais il devrait recouvrer la liberté mais les dieux du pays  ont pensé requalifier les chefs d’accusations depuis juillet dernier pour le maintenir indéfiniment en prison.

Le Commandant Amah Poko est désormais maintenu en prison sous le chef d’accusation de « repris de justice dans l’affaire de complot contre la sureté intérieure de l’Etat » ou le « Kpatchagate ». Notre justice s’est retrouvée dans une position inconfortable avec le premier chef d’accusation d’incitation à la révolte de l’armée. Une inculpation qui  ne peut tenir la route puisque le Commandant Amah a été interviewé par les confrères de Légende FM mais n’est pas journaliste. Comme tel il devrait être  relaxé mais comme la justice a reçu l’ordre de le maintenir en prison vaille que vaille une autre gymnastique a été élaborée sous le vocable de repris de justice dans l’affaire Kpatcha Gnassingbé. Lire le reste de cette entrée »





Le collectif sauvons le Togo sauve les meubles par un conclave.

27 11 2013

75635_420107638049392_512142395_nRéunis en conclave ce mardi à Lomé, le Collectif  Sauvons le Togo (CST), secoué en interne par des divergences de vue notamment aux lendemains des législatives frauduleuses de juillet 2013 et suite à la publication du rapport d’enquêtes du Collectif sur les incendies des marches de Lomé et de Kara, était en réunion de crise pour colmater les brèches. Une résolution à l’issue de ce conclave a été rendue publique. Le CST semble retrouver ses repères.

Aux termes de près de  15 heures de travaux, agrémentés de débats des fois assez houleux à en croire certains participants, le Collectif Sauvons le Togo (CST)  dans sa résolution sur les perspectives d’avenir dit réaffirmer son engagement à œuvrer toujours dans la dynamique unitaire, pour obtenir l’alternance politique. 

Tel est l’objectif premier qui a vu naitre le Collectif qui est un regroupement de partis politiques et d’organisations de la société civile. Cet objectif chemin faisant a été laissé de côté avec les élections législatives où les partis politiques étaient plus préoccupés par la participation à une  compétition électorale viciée, aux résultats connus d’avance avec l’éternel vainqueur, le parti au pouvoir,  alors même que les forces qui se réclament du changement n’aient réussi à obtenir quelque  réforme devant garantir la transparence du scrutin. Lire le reste de cette entrée »





Grève des enseignants au Togo, le gouvernement préfère les intimations à la résolution des problèmes.

25 11 2013

Les enseignants lancent une nouvelle grève pour jeudi et vendredi prochains toujours pour réclamer de meilleures conditions de vie et de travail. Visiblement l’implication des députés togolais dans la crise n’a pas réglé grand-chose. Les syndicats des enseignants vont durcir le ton par une nouvelle grève de quarante huit heures. En attendant la grève,  Dapaong et Sokodé étaient en ébullition ce lundi. Malheureusement le pouvoir togolais fidèle à la stratégie de l’intimidation ne semble préoccuper par la résolution durable de cette crise qui secoue l’éducation depuis belle lurette.

Sokodé a connu une marche spontanée ce lundi. Les enseignants ont convoqué une assemblée générale pour définir les modalités d’une marche qu’ils projettent faire le mardi 26 novembre histoire de  se faire entendre d’un gouvernement qui joue au sourd-muet face aux revendications pourtant légitimes des acteurs de l’éducation. Comme le Togo et ses dirigeants savent bien le faire, le responsable syndicale de la zone, Monsieur Djakis  l’un des représentants des centrales syndicales et enseignant au lycée moderne de Sokodé est convoqué chez le préfet, non pour trouver un terrain d’entente mais pour l’intimider et empêcher par tous les moyens la tenue de la marche.  Lire le reste de cette entrée »





Le gouvernement togolais adopte le service minimum.

25 11 2013

Le Togo à la traîne dans la sous région, sur les plans politique et socio-économique ne fait qu’accentuer son déplorable retard de jour en jour. Depuis quatre semaines bientôt, le gouvernement togolais fonctionne sans un Premier Ministre. Ce dernier malade suit des « soins appropriés » en terre française. Aucune information pour situer l’opinion togolaise sur l’évolution de l’Etat de santé de Monsieur Arthème Séléagodji Ahumey Zunu, Chef de Gouvernement togolais. A l’heure où nous écrivons, le Togo n’a pas de Premier Ministre, ni de Ministre de la Santé, encore moins de Président de la Délégation Spéciale de la commune de Lomé qui fait office de Maire,  lui aussi absent du pays pour se faire soigner à l’extérieur, le port autonome de Lomé fonctionne aussi  sans Directeur Général. C’est le service minimum au sommet.

A l’heure des nouvelles technologies et du progrès où les Etats du monde sont en pleine course pour l’émergence,  le Togo opte pour un service minimum et ceci au sommet de l’Etat. Comment un pays peut-il fonctionner sans un Premier Ministre  depuis bientôt un mois ?  Quand on sait que le Chef du Gouvernement a pour rôle de diriger l’action du Gouvernement et, à ce titre, fixe en principe les orientations politiques essentielles qui, hors cohabitation, sont celles du Président de la République.

Si sous d’autres cieux,  il est un inconcevable qu’un gouvernement fonctionne sans son Premier Ministre,  au Togo cette situation ne semble émouvoir les premiers responsables.  Voila qui donne raison à ceux qui soutiennent que depuis le tripatouillage de la constitution en 2002, le Premier Ministre n’est  que le premier des ministres et sa fonction est totalement dévalué puisqu’il n’est que le valet du Chef de l’Etat qui se sert de tout et de tout le monde pour satisfaire ses moindres caprices. Lire le reste de cette entrée »





L’Union pour la République (UNIR) de Faure Gnassingbé a un an.

20 11 2013

Il y a donc un an que la nouvelle trouvaille du clan, sous le vocable  fusion – création, a consacré la dissolution du RPT de Gnassingbé 1er. En vogue depuis 12 mois,  l’UNIR de Faure Gnassingbé  qui ne diffère en rien des pratiques du RPT qui a porté au pouvoir Gnassingbé 2. A l’occasion du premier anniversaire du jeune parti, du jeune président togolais, les femmes actives autour de « l’homme nouveau à l’esprit nouveau », n’ont pas passé cet évènement sous silence. Elles étaient en culte d’actions de grâce en l’église  Saint Martyr de l’Ouganda de Tokoin séminaire le dimanche 17 novembre 2013  pour célébrer l’heureux évènement. Mais l’UNIR et le RPT, c’est du pareil au même. L’objectif du parti du père et du celui du fils étant le pouvoir éternel à tous les prix.  

Ce qu’il est convenu d’appeler la Convention des Femmes pour l’Unir (CFU) a commémoré son premier anniversaire par une messe en présence de sa présidente Raymonde  Kayi Lawson De Souza, celle là même qui rappelait aux togolais il n’y a pas très longtemps que Faure Gnassingbé briguera un troisième mandat en 2015.

Le Révérend père Honoré Tsrokpo, qui a célébré la messe,  dans son homélie tirée de l’évangile selon Luc, a  appelé les fidèles à tenir ferme en Christ, malgré les persécutions.

Aux femmes de l’UNIR de soutenir que l’évangile du dimanche dernier est un message d’encouragement à aller de l’avant ; a soutenu la  présidente de la convention. Du genre « si ce que je fais est bon que Dieu me laisse continuer et si ce que je fais est mauvais qu’il me barre la route » comme aimait à le dire, Gnassingbé père. Lire le reste de cette entrée »





Rapport d’enquêtes du CST sur les incendies des marchés de Lomé et de Kara Agbéyomé Kodjo s’en lave les mains.

18 11 2013

Agbeyome-kodjo-500x290Le rapport du Collectif sauvons le Togo (CST) sur les incendies n’a pas fini de faire parler de lui. Le Président de  l’Organisation pour Bâtir dans l’Union un Togo Solidaire (OBUTS),  Agbéyomé Kodjo,  dans un courrier adressé à « ses compagnons de lutte »,  avec ampliation aux  ambassades et aux avocats, soutien n’avoir signé aucun rapport du Collectif  sur les incendies des marchés de Lomé et de Kara. L’ancien Premier Ministre du Togo se dit étonner  de voir son nom parmi les signataires du rapport. Il estime n’avoir pas été consulté et n’a  participé à aucune étape de la collecte des informations  jusqu’à la publication dudit rapport.

 

Le CST secoué par des divergences de vue depuis les dernières législatives vient d’enregistrer une nouvelle crise avec cette lettre que le Président d’OBUTS  adresse au Coordinateur du Collectif, Zeus Ajavon,  pour dégager toute responsabilité de son parti dans la publication du rapport d’enquêtes sur les incendies des marchés de Lomé et de Kara.

Un rapport du CST qui a indexé nommément huit (08) pontes du pouvoir comme étant les instigateurs et commanditaires de cet acte criminel qui a anéanti une grande partie de l’économie du pays et déstabilisé à jamais les commerçants et commerçantes de ces marchés. Lire le reste de cette entrée »