Anéantir la presse libre, l’un des rêves du pouvoir dynastique du Togo.

29 08 2013

9_uhway 9_uhwayDepuis son accession sanglante au pouvoir, Faure Gnassingbé aura prouvé aux togolais qu’il figure en bonne place dans la liste des prédateurs de la  liberté de presse dans le monde. S’il s’est tu les toutes premières années de son pouvoir pour se faire oublier et faire oublier à l’opinion nationale et internationale qu’il a massacrée au moins un millier de togolais avant de capter le fauteuil présidentiel, très vite l’opinion se rendra compte que la presse éprise de liberté et de justice ne sera jamais une réalité sous cette dynastie clanique.

Après plusieurs échecs  pour mettre sous éteignoir ces médias et hommes de médias jugés critiques à l’égard du jeune dictateur, le régime en place passe à la vitesse grand V et procède à la fermeture tous azimuts des médias qui refusent d’être des supporteurs zélés de la dictature implacable qui sévit au Togo. Le cas qui défraie la chronique est celui de la très écoutée Radio Légende FM. Lire le reste de cette entrée »

Publicités




Togo, le Colonel Massina Yotrofei atterri à la gendarmerie nationale, retour sur le parcours d’un tortionnaire de la République.

25 08 2013

colonel_Massina_Yotrofei500L’information est  tombée depuis le vendredi 23 août 2013. Le Colonel Massina Yotrofei quitte enfin le Guantanamo togolais, l’Agence Nationale des Renseignements  (ANR), un service placé sous l’autorité directe du Chef de l’Etat mais secoué par d’énormes témoignages sur  les traitements cruels inhumains ou dégradants qui s’y passent en ce siècle de modernité où le Togo a fait semblant de ratifier la convention contre la torture. Le tortionnaire le plus décrié sous Faure Gnassingbé vient d’être « reversé » à la gendarmerie. Reversé tel un liquide qu’on jette  après usage, ce Colonel vient  donc d’être remercié en monnaie de singe malgré le grand zèle qu’il a affiché lors des séances de tortures pour plaire à son mentor.

L’un des souvenirs que les togolais garderont du Colonel Massina Yotroféi est que c’est un tortionnaire de la pire espèce. En tout cas il a réussi à faire parler de lui de la pire des manières.

D’abord il fut éclabousser par le témoignage du richissime homme d’affaires togolais, Bertin Sow Agba qu’il a cueilli a froid un matin de mars 2011 dans ses bureaux de OPS Security  et le calvaire a commencé par une séance de fouille musclée au domicile du sieur Agba, où après le passage des éléments de cette ANR, les valises louis Vuitton et autres objets de marques ont disparu comme par enchantement. Drôle de fouille. Nous passons sous silence la marque et le numéro de la plaque d’immatriculation du  véhicule subtilisé ce jour à ce natif de Kouméa qui est finalement tombé dans les mailles de ce tortionnaire agréé de la République. Lire le reste de cette entrée »





Une semaine après les résultats définitifs des législatives, les députés togolais entrent en fonction.

23 08 2013

La mascarade électorale du 25 juillet 2013 est définitivement consommée. La 5èm législature de l’assemblée nationale est ouverte ce mardi 20 août 2013 au palais des congrès de Lomé, siège du parlement. C’est parti pour 2018 pour les 91 députés choisis selon la volonté du parti présidentiel UNIR qui s’est taillé la part du lion avec 62 sièges et distribués les places restantes au Collectif Sauvons le Togo, la Coalition Arc En Ciel, l’Union des Forces de Changement et le Mouvement Sursaut Togo avec respectivement 19, 06, 03 et 01 sièges.  A  cette toute première session de ce mardi quelques couacs et leçon sont à relever.

Au chapitre des incongruités, la présence des ministres encore en fonction à la session parlementaire. Pourtant  les textes de la République togolaise sont assez clairs, notamment le code électoral tripatouillé à volonté par le parlement sortant où la majorité taillée sur mesure revenait à la clique au pouvoir.  Dans le volet des incompatibilités, il est écrit noir sur blanc que le  mandat de député est incompatible avec  l’exercice de toute fonction publique et de tout emploi salarié.

Les ministres de Faure Gnassingbé n’en ont cure. Tous endimanchés, ils se sont pointés sans aucune honte à l’Assemblée Nationale en violation de la loi. Rien pourtant n’empêchait le plus Faure des togolais de faire démissionner son gouvernement lundi soir, la veille de la rentrée parlementaire, pour se conformer à la loi comme c’est de coutumes dans tous les pays mêmes anormaux comme le Togo. Lire le reste de cette entrée »





Rentrée parlementaire au Togo, autopsie du discours du doyen d’âge.

23 08 2013

arton871-20eebL’un des temps forts de la prise de fonction des députés issus de la mascarade électorale du 25 juillet 2013, restera le discours de maître Georges Lawson, doyen d’âge du parlement membre du collectif sauvons de le Togo et de l’Alliance Nationale pour le Changement (ANC), un membre de l’opposition au perchoir est un fait plutôt rare au Togo, une République  particulière. Ironie du sort, le législateur a voulu que l’honneur de conduire les travaux du parlement à l’entame d’une nouvelle législature revienne au doyen d’âge. Le hasard s’est porté sur cet ancien Procureur de la République et figure de l’opposition. Maître Georges Lawson  va donc présider aux travaux de l’Assemblée Nationale pendant 15 jours, jusqu’à la mise en place du bureau. Monsieur le Président et doyen d’âge a ému et séduit les togolais par sa conduite des travaux et son discours qui marquera une assemblée souvent taillée sur mesure avec des discours à la gloire de la famille Gnassingbé qui règne sur le Togo depuis 50 ans.

Un auditeur au cours d’une émission inter active sur une radio privée togolaise, a affirmé d’ailleurs, « je suis fier de la sagesse avec laquelle monsieur le doyen d’âge a conduit les travaux, et je suis surtout fier que cette sagesse émane des rangs de l’ANC ». Pour une simple réaction,  elle est lourde de sens. En effet, cette sortie du doyen Lawson tranche avec l’image de hooliganisme ou de va t’en guerre qu’on tente de coller à tort ou à raison au plus grand parti de l’opposition, l’Alliance Nationale pour le Changement. L’histoire retiendra aussi que c’est un membre de l’opposition, ironie du destin qui a présidé aux travaux de la 5èm législature de l’Assemblée Nationale  ouverte le mardi 20 août 2013, au palais des congrès siège du parlement à Lomé. Lire le reste de cette entrée »





Opposition togolaise De la nécessité de mettre fin aux querelles des hommes pour construire un projet alternatif.

20 08 2013

Le phénomène est devenu presqu’une habitude depuis plus de 20 ans et tend à se perpétuer. L’éternelle querelle de chef de l’opposition togolaise à la veille et au lendemain des élections. Dans son ouvrage, Discours, entretiens et autres sources, Henry Clay, homme politique américain (1777-1852) disait : « Les partis politiques servent mutuellement à se tenir en échec en se surveillant l’un l’autre ». Une pensée qui colle à la triste réalité togolaise avec un pouvoir dictatorial, autoritaire, monarchique à la limite vampirisant, et une opposition toute aussi sclérosée, engluée dans la guerre des chefs de bande où l’idée première est de prendre la tête du groupe et éliminer ensuite les concurrents et prétendants, souvent avec un coup de pouce du régime.
A ce jeu, presque tous les leaders sont passés à la trappe. On a encore en mémoire le choix de l’ancien Président de l’UTD, Edem Kodjo, candidat unique du COD2 à Cotonou, un choix auquel n’avait pas adhéré Gilcrist Olympio appuyé par un certain Apollinaire Madji Yaovi Agboyibo. « Si le choix, c’est Edem Kodjo, Eyadéma peut garder encore le pouvoir pour 5 ans », avait lâché cette figure de proue de l’opposition considérée à l’époque comme le messie qui viendrait sauver les Togolais des serfs du régime RPT. Face aux torpilles lancées à l’époque par le tandem Olympio-Agboyibo, Edem Kodjo et ses amis dont Léopold Gnininvi qui mobilisaient certes des foules à l’époque, n’avaient d’autres choix que de mettre fin à leur campagne après un meeting à Atakpamé. Le bal des ego venait d’être ouvert et sera avec le temps catastrophique pour les populations togolaises qui, dans leur majorité, militent pour un changement de régime, et bénéfique pour le pouvoir qui a repris du poil de la bête. Lire le reste de cette entrée »





Affaire Eugène Attigan, une détention arbitraire.

11 08 2013

459629_10151361483814126_1192106199_oAprès la publication de l’interview que l’agence Afreepress a accordée à notre confrère Eugène Attigan, j’ai lu plusieurs réactions, notamment  sur la toile où certains se demandent à juste titre peut être, s’il n’est pas coupable de ce dont on l’accuse, à savoir le trafic de drogue, pour lequel il a été condamné ?

467221_10151361487754126_78468525_oC’est justement pour éclairer l’opinion que notre justice sensée dire le droit devrait statuer mais elle a préféré comme de coutume suivre les injonctions du palais présidentiel pour rendre une décision qui viole les règles du droit.

Voici quelques faits qui nous permettront de nous poser des questions sur le fonctionnement réel de notre justice devenue plutôt un instrument de règlement de comptes. Lire le reste de cette entrée »





Législatives de 2013 au Togo, la mission d’observation de l’UE dénonce la contre vérité des urnes.

10 08 2013

euflagContrairement aux missions d’observations de l’Union Africaine et de la CEDEAO et bien d’autres visiblement en opération commandée, qui ont consacré la contre vérité des urnes lors des dernières législatives par des rapports tordus, la  mission d’expertise électorale de l’Union européenne donne un autre son de cloche et dénonce les fraudes et irrégularités qui ont émaillées les législatives du 25 juillet dernier.

Ce scrutin anti démocratique  consacre  la mascarade qui a consisté à s’attribuer  telle dans une loterie des sièges de députés à l’assemblée nationale parce qu’UNIR de Faure Gnassingbé  se dit parti au pouvoir ne respectant rien ni personne. Ce parti après s’être servi avec 62 sièges au parlement   à distribuer des strapontins aux adversaires politiques selon ses humeurs.

L’Union Européenne par le biais de cette mission révèle et confirme cet énième complot électoral ourdi par le régime cinquantenaire contre le peuple togolais.

Pour  cette mission d’observation, « les résultats des législatives ne reflètent pas la voie des urnes. Mieux, les tendances ont été rendues publiques par la Commission électorale nationale indépendante (CENI) par une voie « non consensuelle ». Atteste la mission d’expertise. Lire le reste de cette entrée »