Faure Gnassingbé attendu au camp Général Améyi ce mardi à Kara.

29 07 2014
F.Gnassingbé

F.Gnassingbé

Dans la droite ligne des visites qu’il rend depuis un certain temps aux corps habillés dans les différentes garnisons, Faure Gnassingbé qui sait que le pouvoir au Togo est plus que militaire que civil se rend au RPC, Camp Général Améyi de Kara ce mardi 29 juillet 2014. Objectif s’assurer de la fidélité des troupes, pour emprunter le langage militaire, avant la guerre électorale de 2015.

De sources concordantes, le message devrait être le même. Faure Gnassingbé va réitérer aux officiers qu’il reste le maitre de la situation, que l’armée doit rester soudée derrière lui pour les prochaines joutes électorales et surtout, Faure va inviter « ses troupes » à  ne pas céder aux discours et attitudes de ces adversaires politiques. Bon bref les officiers sont habitués selon nos sources à ce discours qu’ils connaissent trop bien autant sous le père que sous le fils.

Pour preuve Gnassingbé fils il y a quelques semaines, au camp Gnassingbé Eyadema, communément appelé camp RIT quémandait littéralement le soutien de la grande muette. Les propos de Faure rapportés par un béret vert que nous avions déjà analysé dans un précédent article. Lire la suite »





L’Appel de la Démocratie Togolaise.

28 07 2014

Le Togo a si longtemps marché au ralenti qu’il est devenu une proie facile à tous les prédateurs, nationaux et internationaux. Désormais, tout doit être mis en œuvre pour que les prochaines élections présidentielles soient l’exact reflet de la volonté exprimée par le peuple togolais quant à sa gouvernance les cinq années à venir. C’est l’appel de la démocratie elle-même au Togo. C’est l’appel à la démocratie que tout un peuple déterminé hurle, encore cinq années durant, pour que des réformes suffisantes soient effectuées afin d’aboutir à des élections qui ne déclarent pas toujours le pouvoir cinquantenaire gagnant. Le Togo n’en peut plus de la mauvaise foi caractérisée de ses dirigeants politiques et de leur obscénité républicaine. D’autant plus que la volonté d’alternance et de changement des citoyens n’a jamais été chargée d’aucune sorte d’ambiguïté, si ce n’est le détournement constant de leurs suffrages : « Arrêtez et passez à la démocratie! Vous vous en porterez mieux autant que le Togo. »

 La révolte des Sabines

 Jusqu’à maintenant, les choses ne sont pas dans cette perspective souhaitable d’une élection transparente et fidèle au désir du peuple togolais. Jusqu’à maintenant, la désinvolture habituelle s’est réinstallée et, comme à l’accoutumée, tous les mécanismes d’une répétition frauduleuse des résultats électoraux se sont mis en marche, du ministère de l’Administration territoriale jusqu’à la fameuse Commission électorale nationale indépendante. Et probablement, les clandestins Centres de calculs électoraux parrainés par les officines du gouvernement et dirigés par des experts venus de partout qui y font leur beure rapide et liberticide ne tarderont pas à être réactivés pour corrompre les données informatiques, leur transmission et leur traitement en temps et lieux. Quoi dire… Quoi leur dire… « Continuez! La fraude vous va si bien » ou « Arrêtez! Trop, c’est véritablement Assez pour un seul pays déjà à genoux. »

 

Des élections toujours frauduleuses constituent un luxe que le Togo ne peut plus se permettre. Le Togo ne peut plus continuer à vivre dans la démocrature et servir de bande d’essai permanent à toutes les insuffisances politiques, à toutes les fantaisies économiques, à tous les fantasmes sociaux, à tous les forfaitures financiers, à tous les drames de l’endettement empêchant le déploiement judicieux des programmes de développement au profit des générations de citoyens. Le Togo n’en peut plus de la mauvaise foi de ses dirigeants qui savent bien qu’ils doivent passer la main, passer à la démocratie. Lire la suite »





Togo, fête de ramadan, les musulmans désavouent Faure Gnassingbé.

28 07 2014

ramadanL’ambiance était électrique au stade de Kégué ce lundi 28 juillet au matin, où s’est tenue la grande prière musulmane marquant la fin du jeun de ramadan avec la présence effective du chef de l’état. La communauté musulmane du Togo a crié son haro contre Faure Gnassingbé une première au Togo avec un régime cinquantenaire qui a toujours pensé que l’union musulmane et tous les musulmans étaient une propriété privée.

Un témoin oculaire joint au téléphone nous a révélé que c’était du jamais vu de la part de la communauté musulmane du Togo et la police chargée du maintien d’ordre a eu la chance de ne pas user de la violence comme de coutume pour éviter que la situation ne dégénère surtout pour ne pas mettre à rude épreuve la sécurité du numéro 1 togolais. Lire la suite »





Togo, virus Ebola, les précautions du gouvernement se révèlent inefficaces.

28 07 2014

virus ebolaDepuis le décès au Nigéria du libérien qui est passé par l’aéroport de Lomé, la psychose gagne les populations. Les autorités togolaises disent redoubler de vigilance avec des précautions idoines pour faire face à tout cas suspect mais la réalité est tout autre. L’une de ces mesures vient de démontrer ses limites. Le fameux numéro vert, le 111, supposé être joint à tout moment reste inaccessible. Il n’est un secret pour personne que le régime togolais qui a démontré ses limites en matière de gouvernance ne peut véritablement sauver les togolais de cette menace. Il reviendra sans doute aux partenaires internationaux de le faire.  La gouvernance par procuration à tous les niveaux, c’est bien au Togo.

Le show médiatique agrémenté de communiqués qui annoncent des mesures apaisantes n’ont pas réussi à tranquilliser les togolais qui ont compris très vite que ne sont que des annonces pour apaiser psychologiquement les populations. Si un simple numéro vert ne fonctionne pas comment les autorités togolaises peuvent protéger les populations quand le virus va se manifester de façon concrète ures ? Surtout que les structures sanitaires sans dans des états piteux et  cruellement de moyens pour fournir les soins adaptés. Lire la suite »





Togo, il y a un an les frauduleuses législatives.

27 07 2014

30135Le 25 juillet 2013, il y a donc un an le Togo a respecté sa tradition de holdup électoral en organisant des élections législatives frauduleuses qui ont permis au régime en place de prendre 62 sièges à l’assemblée nationale et laisser les strapontins à ses adversaires de l’opposition, soit 19 pour le CST, 6 pour la coalition arc en ciel, 3 pour l’UFC et 1 pour sursaut. Un an après cette mascarade de plus rien n’a changé dans le Togo de Faure Gnassingbé. La minorité vit toujours dans une insolente opulence et la majorité dans une misère indicible.

Les élections sont devenues au fil des échéances des cirques et des rendez-vous de saupoudrages pour un régime expert en  arnaque électorale  pour faire croire à une certaine opinion internationale que le Togo se démocratise. Ces rendez-vous électoraux n’ont qu’un seul objectif assuré une éternité au régime cinquantenaire des Gnassingbé.

Comme en 2007, les législatives de 2013 font du parti au pouvoir celui de la majorité, le parti e plus vomi de tous les togolais mais qui se retrouve grâce à la loi de la force et de la fraude avec plus de sièges au parlement ; un parlement devenus une chambre décorative où les acteurs de l’opposition ne sont que des spectateurs malheureux obligés de voter contre les désirs d’un régime de dictature. Des votes qui n’ont aucun pouvoir coercitif sur ce que le régime veut faire du Togo et des togolais. Lire la suite »





Pour Gilbert Bawara, en matière de réformes, ce qui se passe au Togo peut se passer en France.

27 07 2014
G.Bawara

G.Bawara

Le très zélé ministre de l’administration territoriale a été reçu sur les plateaux de tv5 et la situation socio politique du pays de Faure Gnassingbé été revue en quelques minutes, notamment sur l’épineuse question des réformes. Le ministre Gilbert Bawara pour qui les togolais qui s’opposent à son régime sont des badauds a confirmé que le Togo n’est pas prêt de sortir de son atypisme. Oser dire que ce qui se passe au Togo en matière de réformes peut se passer dans tout autre pays y compris la France de monsieur François Hollande relève d’une nonchalance et d’un lapsus révélateur.

« L’impossibilité de parvenir à un consensus ou à un compromis peut arriver au Togo, partout et en en France ». A dardé entre autre, le ministre Bawara.  A moins de se tromper,  la France n’a pas connu un APG, elle n’a pas fait récemment un dialogue au cours duquel les représentants du parti au pouvoir ont gardé un silence assourdissant sur les questions essentielles notamment celle des réformes. La France en plus a limité depuis belle lurette le mandat présidentiel, elle a aussi depuis longtemps entériné le mode de scrutin à deux tours, la cour constitutionnelle n’a pas besoin d’être recomposée en France avant qu’elle ne proclame les résultats définitifs conformément à la volonté du peuple français qui s’exprime dans les urnes de façon démocratique depuis des lustres. Alors monsieur le ministre aurait-il perdu ces réalités pour oser une telle comparaison ? Lire la suite »





Sokodé, quand le procureur et sa suite sèment la terreur.

19 07 2014

Les faits remontent à mercredi, une simple histoire d’obstruction de la voie devant une maison et le procureur de la ville de Sokodé, son substitut et une policière, intime de monsieur le procureur jouent aux tarzans sur deux paisibles citoyens. Lire la suite »








Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 4 347 autres abonnés