Togo, Koffi Kounté confirme l’intrusion de l’exécutif dans les décisions de justice.

23 09 2014

kountéInvité de l’émission fenêtre sur l’Afrique sur radio Kanal K en Suisse, l’ancien président de la Commission Nationale des Droits de l’Homme, (CNDH), Koffi Kounté,  en exil depuis la publication du rapport sur la torture dont ont été victimes kpatcha et Co accusés dans l’affaire d’atteinte contre la sureté intérieure de l’état rompt le silence. Réfugié à Paris depuis trois ans, koffi kounté  se prononce sur l’état  de la justice au Togo.  Malgré sa prudence légendaire quand il s’agit de donner son opinion sur certains sujets sensibles, l’ancien président de la CNDH  reconnait que la justice togolaise est malade de ses acteurs mais elle souffre  aussi  de l’intrusion du pouvoir exécutif.

Sur le rapport qui lui vaut l’exil, Koffi Kounté confirme qu’ensemble avec son équipe d’alors ils ont fait leur enquête avec  professionnalisme et impartialité à l’issue de laquelle il a été établi que  Kpatcha Gnassingbé et Co accusés ont effectivement été victimes de traitements cruels inhumains ou dégradants. Koffi Kounté regrette que le pouvoir n’ait  pas apprécié les résultats du rapport et a préféré le falsifier. Plus encore, Koffi Kounté s’étonne que les recommandations depuis lors soient restées lettres mortes. « La question de l’impunité demeure. Dans le rapport incriminé, les personnes mises en cause n’ont pas été poursuivies jusqu’alors, alors  que les faits relevés sont graves, des faits de torture sont des crimes et doivent être sanctionnés » a rappelé l’ancien président de la CNDH. « L’impunité perpétue les violations des droits de l’homme, seuls les sanctions peuvent dissuader les auteurs de ces actes », a martelé le magistrat togolais. Lire la suite »





Des manœuvres pour confisquer la chaine du futur (LCF) à Pascal Bodjona.

22 09 2014

lcfL’affaire Pascal Bodjona  n’a pas fini de dévoiler ses intrigues. Non content de l’avoir mis au gnouf dans une histoire où il se retrouve avec le statut inédit de témoin et d’inculpé, le pouvoir de Faure Gnassingbé par le biais de nauséeuses manœuvres tente de confisquer la Chaine du Futur (LCF) à l’ancien ministre de l’administration territorial et prisonnier très privé du prince du  « togwana ».

Des mouvements d’humeurs sont constatés depuis un certain temps au niveau des employés de la télévision LCF. De façon subite les employés ont cru bon de réclamer de meilleures conditions de travail pour brouiller les pistes des réelles motivations qui sou tendent ses grèves intempestives.

Rappelons qu’il est normal que dans tout service les employés puissent faire des doléances, en discuter avec la direction parvenir à un accord ou ne pas y parvenir et se séparer s’il y lieu conformément aux textes qui régissent les lois du travail.

C’est la première fois que pour une grève qui concerne les employés d’un service privé, des forces de l’ordre soient détachées sur les lieux. Lire la suite »





Togo, adieu les réformes, les institutions à fraudes mises en place et aux bottes de Faure Gnassingbé.

22 09 2014

faure fabreLe Togo s’achemine vers une énième mascarade électorale. La présidentielle de 2015 s’approche et les manœuvres du pouvoir pour assurer une présidence à vie au fils d’Eyadema sont mises en branle. Après l’opération charme de Faure Gnassingbé assortie de quelques liasses dans les différentes garnisons du pays pour s’assurer de la fidélité de la réelle détentrice du pouvoir au Togo, l’armée, c’est autour des frauduleuses cour constitutionnelle et commission électorale d’être mises en place avec l’accompagnement d’une opposition de plus en plus fragile, pour l’assaut final.

Faure Gnassingbé semble tout bétonner pour s’offrir un autre scandaleux mandat après une décennie de gestion calamiteuse. Rassuré d’avoir une opposition qui ne représente une réelle menace pour son trône, le numéro un  togolais se met dans une posture de narguer tout le monde, ignorant que des surprises et des évènements inattendus peuvent toujours surgir dans ces genres de processus.

La communauté internationale qui semblait donner des injonctions au régime cinquantenaire pour mener les réformes s’est ravisée face à l’entêtement de Faure Gnassingbé et amis qui n’ont d’autre priorité que le pouvoir à vie et à tout prix. Lire la suite »





Togo, Olivier Amah Poko a quitté le Togo pour sauver sa peau.

22 09 2014
O.Amah

O.Amah

Le président de l’association des victimes de la torture au Togo, ASVITTO selon de nombreuses sources se trouverait en Europe. L’ancien chef d’escadron olivier Amah, devait comparaitre le 16 septembre dernier auprès du doyen des juges d’instruction pour des motifs pour l’instant inconnus. De sources bien informées, le Commandant Amah aurait été informé qu’un mandat de dépôt serait délivré contre lui au sortir de l’entretien  chez le juge. Après plusieurs douloureuses expériences carcérales, Olivier Amah a préféré s’exiler.

Dans un communiqué, l’ASVITTO que préside le commandant Olivier Amah informe que son premier responsable est introuvable.

Des  sources confirment sa présence au Ghana, en attente de document du parlement européen comme un réfugié humanitaire. Même si le parlement européen devrait être sensible à cette doléance du commandant l’institution voudrait mener sa propre enquête avant de le laisser s’envoler pour Genève. Dans son passeport s’y trouverait une année de visa nous a confirmé une source consulaire. Une autre semble connaitre le programme du président de l’ASVITTO, ce sera destination Genève, pour bénéficier des papiers suisses et des primes pour réfugiés. En attendant que l’intéressé lui-même ne rompe le silence sur sa destination, les conditions dans lesquelles il est aujourd’hui et la suite qu’il compte donner à la lutte contre la torture qu’il a commencée au Togo, les supputations vont bon train. Lire la suite »





SITUATION DES POPULATIONS DE NO MAN’S LAND OU BANDE FRONTALIERE TOGO- GHANA.

18 09 2014
Pasteur Edoh

Pasteur Edoh

Il est souvent dommage et inconcevable de constater que les dirigeants togolais choisissent d’agir toujours comme si nous étions encore sous le régime de la pensée unique où tout est imposé par diktat aux citoyens. Alors qu’ils clament haut et fort qu’ils engagent le Togo sur la voie de la démocratie et de l’État de droit, leurs actes constatent profondément avec la réalité. Or, le respect des textes nationaux et internationaux garantissant les libertés et les droits de la personne humaine est la pierre angulaire de toute démocratie. Contre toute attente, le Togo continue par exceller dans le non respect des textes et viole allègrement les droits élémentaires de ses propres populations. À cet effet, il devient un État de terreur où la justice est instrumentalisée et les droits de l’homme sont bafoués le tout sur fond de corruption et d’impunité dont jouit une minorité.  Ainsi, pour se préserver de tout acte d’oppression, de répression, d’intimidation, de menaces, d’arrestation tout azimuts, etc. les populations préfèrent la voie du silence et de la peur, desquels se nourrit malheureusement tout régime dictatorial et despotique où certains individus indélicats s’offrent même le luxe et sans en être inquiétés de ruiner des honnêtes citoyens.

Au demeurant, le MMLK-La voix des sans voix s’oppose à cette option tyrannique et coutumière. Il entend faire  de tout son possible et braver cette terreur pour éveiller constamment la conscience des populations et faire entendre leur voix contre ces forfaitures du gouvernement.   Lire la suite »





Togo, les commissions électorales se renouvellent et se ressemblent.

17 09 2014

ceni photoAprès des semaines de dénonciations, de critiques, les députés togolais ont enfin procédé au renouvellement des membres de la commission électorale nationale indépendante (Céni). Elle est  chargée de la supervision des élections au Togo. Ce renouvellement se fait en prélude à l’élection présidentielle de mars 2015 qui consacre la fin des 10 ans de pouvoir de Faure Gnassingbé qui succéda à son feu père Gnassingbé Eyadema décédé en 2005. La Céni s’est renouvelée avec quelques nouveaux membres  et toujours la part du lion au régime cinquantenaire et dynastique.

Après concertations entre députés du pouvoir et de l’opposition et au bout de deux séances plénières la Céni est enfin renouvelée, elle reste  déséquilibrée en faveur au parti au pouvoir.

L’Ufc a finalement eu son membre sur le quota réservé à l’opposition. C’est sur ce point précis que les discussions ont été houleuses ces dernières semaines. Pour l’opposition, notamment les blocs CST, arc en ciel, l’UFC  étant au pouvoir,  ne peut prétendre faire partie de l’opposition. Le parti de gilchrist soutien bec et ongle qu’il est un parti de l’opposition. Des togolités bien connues par ici.

Côté parti extraparlementaire l’opposition a pu positionner deux de ses membres un de la cdpa et un autre du psr. Lire la suite »





Jean Claude Abalo expose l’Afrique.

17 09 2014
JC Abalo

JC Abalo

Le photojournaliste togolais, Jean Claude Abalo fait parler de l’Afrique à travers ses œuvres photographiques. Un talent salué par près de 500 personnes invitées au vernissage de ce chef d’œuvre qui décrit l’Afrique en miniature, l’Afrique et ses mille facettes. L’Afrique au pluriel est le titre de cette exposition qui n’a pas fini d’émerveiller le public belge. Le maire de la ville de La Louvière qui était absent du fait d’une mission, a adressé toutes ses excuses à l’artiste togolais qui fait bouger la Belgique à travers cette exposition photos. Au détour d’une interview, jean Claude Abalo nous dit tout sur l’Afrique au pluriel.

  • Le 12 septembre de cette année vous étiez en exposition photo en Belgique, comment l’idée a-t-elle germé et pourquoi avoir baptisé cette exposition l’Afrique au pluriel?

Je nourrissais depuis ce rêve. Mais, il faut dire que je n’ai rien forcé. Tout s’est fait tout seul. J’ai eu la chance de croiser sur mon chemin des gens qui pensent qu’il faut faire voir autrement l’Afrique et les africains. Ils ont visionné mes œuvres, et ils les ont trouvés intéressantes. Ensemble, ils m’ont poussé et vous connaissez le résultat.

L’Afrique est multiforme. Je montre les visages moins glorieuses (pour dénoncer mon agacement par rapport à certaines pratiques: crise de l’éducation, les sanglantes répressions…) et glorieuses du continent (la débrouillardise, comment chacun s’invente son bonheur, nos richesses…).JC photo

Je peux me contenter des clichés où l’on voit des gens jubiler ou montrer que nous avons aussi des gratte-ciels en Afrique. Cependant, en montrant juste ce qui fait notre fierté, je  me fais du tort. Je n’aide pas les gens à voir nos vraies réalités; pas celles des medias occidentaux. Voilà ce qui a suscité le nom « l’Afrique au pluriel ».

 

  • Quels sont vos thèmes de prédilection dans cette exposition pour combien de photos ?

Je me suis concentré sur quatre thématiques à savoir : le quotidien, l’enfance et l’éducation, les rites et traditions et les colères (manifestations et revendications). C’est une approche qui selon moi, permet de mieux raconter notre vécu en Afrique.

  • Décrivez nous l’ambiance qui a prévalu au cours de ce vernissage, quel public était là ?

Au départ, on s’attendait à un maximum de 120 invités. Par surprise, on s’est retrouvé à environ 500 personnes dans une bonne ambiance. Tous sont curieux de comprendre l’esprit qui a guidé chaque photo. Devant certaines photos, c’est soit l’étonnement, soit des discussions ou des compliments.

On notait la présence des personnalités politiques, administratives…Malgré l’absence du Bourgmestre (le maire), les représentants communaux (de la ville de La Louvière, lieu de l’expo), des critiques d’art, des photographes, amis, invités et anonymes étaient présents.

 

  • Vous avez transporté les Afriques en Belgique et à travers cette exposition vous faites connaitre votre continent, quelles ont été les réactions, les commentaires ou les témoignages ?

Lire la suite »








Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 146 autres abonnés